« Entre lampe à huile et chemins de fer, une histoire des techniques falsifiée a la cote au gouvernement »

La sonde Osiris-Rex descendra le 20 octobre sur la surface de l’astéroïde Bennu dans l’espoir de rapporter sur Terre des échantillons de son sol en septembre 2023.

Après quatre ans de voyage et d’observation, la sonde américaine Osiris-Rex devrait descendre le 20 octobre sur la surface de l’astéroïde Bennu pour prélever des échantillons de son sol, dans l’espoir de les rapporter sur Terre et peut-être de nous éclairer sur la formation du système solaire, a annoncé la NASA jeudi 24 septembre.

L’astéroïde de 490 mètres de diamètre avait été soigneusement choisi pour cette mission, car les scientifiques pensaient, sur la base d’observations par télescopes, qu’il était couvert de sable « comme une plage », a raconté lors d’une conférence téléphonique Dante Lauretta, de l’université de l’Arizona, responsable scientifique de la mission. Une telle surface aurait garanti une opération d’échantillonnage sans grand danger.

Mais en arrivant près du caillou fin 2018, les images ont montré qu’il était en réalité couvert de rochers. « La surface est rugueuse, accidentée, rocheuse », a décrit le scientifique. L’équipe a passé l’année 2019 à cartographier minutieusement la surface pour sélectionner le site de prélèvement qui semble le plus sûr : le cratère de Nightingale.

Dans moins d’un mois, la sonde se rapprochera doucement de Bennu, puis déploiera un bras de prélèvement et visera une zone de huit mètres de diamètre, relativement plane, large comme quatre places de parking. « Des années de préparation et de dur labeur par cette équipe vont se résumer à ce contact avec le sol pendant cinq à dix secondes », a résumé Mike Moreau, chef de projet adjoint à la NASA.

En touchant le sol, le robot va souffler de l’azote, ce qui fera voler des grains qui seront ensuite récupérés par le bras d’Osiris-Rex. Le but est de collecter au moins 60 grammes. Selon Mike Moreau, il y a jusqu’à 30 % de risque que le bras ne récupère pas assez de matériaux, par exemple si le contact a lieu sur une grosse pierre au lieu de grains plus fins. A plus de 320 millions de kilomètres de distance, les ingénieurs ne peuvent garantir une précision absolue. Une éventuelle seconde tentative pourrait avoir lieu en janvier dans un autre cratère.

LIVE NOW: Our @OSIRISREx spacecraft is playing TAG with an asteroid next month, and the prize for winning will be a… https://t.co/F8d9WfPyiS

En mars 2021, Osiris-Rex commencera son long voyage de retour vers la Terre. Elle finira par relâcher le container contenant les échantillons pour un atterrissage dans le désert de l’Utah, ralenti par un parachute, le 24 septembre 2023.

Avant cela, les Terriens se préparent à analyser les échantillons d’un autre astéroïde, Ryugu, auquel a rendu visite la sonde japonaise Hayabusa 2 l’an dernier. Le retour sur terre de ces poussières-là est prévu le 6 décembre prochain.

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

En cliquant sur « Continuer à lire ici » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Source: https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/09/25/une-sonde-americaine-devrait-toucher-l-asteroide-bennu-pour-en-prelever-un-echantillon_6053520_1650684.html

101955 Bennu, Asteroid, OSIRIS-REx, NASA

World news – CA – Une sonde américaine devrait toucher l’astéroïde Bennu pour en prélever un échantillon

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

Previous articleHow to Watch Tokyo Game Show 2020 – IGN
Next articleLottie Moss turns heads in a face mask dress
Georges MOMO
Georges MOMO est Ingénieur informatique ( Diplôme obtenu à 3IL Limoges France) Il début sa carrière par un stage de fin d'étude d'ingénieur à Toulouse sur un projet de AIRBUS Toulouse Blagnac, il enchaîne ensuite à Nantes où il travaille sur le projet de la migration documentaire de la BPCE. Son ambition le conduit ensuite à Paris où il travaille sur deux projets de la banque de France (Validation des titres de bourse émis sur le marché européen et la génération centralisée des documents) qu'il quitte quelques années plus tard occupant le poste de responsable technique. Passionné de l'information, il est actif sur le web et sur le terrain depuis les années 2000.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here