C’est officiel : un nouveau cycle solaire a commencé. La surface de l’étoile varie de façon périodique, avec un maximum tous les 11 ans. Quelles pourraient être les conséquences de ce 25e cycle qui débute ?

Un nouveau cycle solaire a officiellement commencé, a annoncé la Nasa ce 15 septembre 2020. On sait depuis plus d’un siècle que le nombre de taches à la surface de notre étoile semble varier de façon périodique, avec un maximum observé tous les 11 ans. Cette périodicité n’est pas sans conséquence sur les technologies présentes sur Terre ou sur les astronautes en mission dans l’espace.

Selon l’agence spatiale, un minimum d’activité solaire a eu lieu en décembre 2019, ce qui marque le début d’un nouveau cycle. Il s’agit du vingt-cinquième cycle du Soleil. Il peut falloir plusieurs mois avant d’identifier clairement le début d’un nouveau cycle, car le Soleil est particulièrement variable. Ce sont les taches solaires, ces zones sombres caractérisées par une température moins élevée que leur environnement (le télescope européen GREGOR en a récemment observé avec une très grande précision), qui permettent de suivre la progression d’un cycle solaire.

Le prochain maximum de l’activité solaire est attendu dans 5 ans, vers le mois de juillet 2025. « Alors que nous sortons du minimum [d’activité] solaire et que nous approchons du maximum du cycle 25, il est important de se rappeler que l’activité solaire ne s’arrête jamais ; elle change de forme tandis que le pendule oscille », décrit l’astrophysicienne Lika Guhathakurta de la division Héliophysique (l’étude du Soleil, de son héliosphère et des objets en interaction avec l’astre) de la Nasa, dans le communiqué de l’agence.

D’après la Nasa, le vingt-cinquième cycle solaire devrait être aussi fort que le dernier cycle, qui était un cycle inférieur à la moyenne. Ceci ne signifie pas pour autant qu’il était sans risques et que des conditions météorologiques spatiales extrêmes ne pouvaient pas survenir. Néanmoins, depuis les années 1980, la force des cycles solaires a plutôt tendance à diminuer, selon l’Institut Max-Planck de recherche sur le système solaire.

La bonne compréhension des cycles du Soleil n’a pas uniquement un intérêt scientifique. « Dans les phases de forte activité, de violentes éruptions de particules et de rayonnement solaire peuvent affecter la Terre », explique Robert Cameron de l’Institut Max-Planck de recherche sur le système solaire. Dans le scénario le plus pessimiste, cette activité risque d’endommager les satellites ou de mettre en danger les astronautes.

Avec la perspective de retourner sur la Lune en 2024, dans le cadre du programme Artémis, la Nasa aura besoin d’informations suffisamment précises sur l’activité solaire pour s’assurer que les astronautes seront en sécurité lors de leur mission. C’est d’ailleurs pour cela que l’agence a choisi, en guise de premières missions qui seront réalisées à bord de la station Lunar Gateway, d’observer la météorologie spatiale et de suivre les radiations solaires.

De puissantes tempêtes solaires atteignent la Terre plus souvent que prévu et c’est un problème

Il fallait se réveiller très tôt ce lundi pour admirer Vénus auprès de la Lune

« Derrière nos écrans de fumée » sur Netflix : le docu qui fait réfléchir… ou pas

Chez Oh BiBi, des jeux mobile à succès, un « verre souillé » et beaucoup d’interrogations

PS5 : design, prix, date de sortie, manette, caractéristiques, rumeurs… tout ce que l’on sait sur la nouvelle console

Que reproche la tribune de la gauche à la 5G (et pourquoi certains arguments sont discutables) ?

Source: https://www.numerama.com/sciences/648399-un-nouveau-cycle-solaire-a-commence-quelles-sont-les-consequences.html

Sun, Solar cycle, Space Weather Prediction Center, NASA

World news – FR – Un nouveau cycle solaire a commencé : quelles sont les conséquences ?

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

Previous articleMeet the Monstrums in New Ys 9 Trailer
Next articleHow the brain creates the perception of time
Georges MOMO
Georges MOMO est Ingénieur informatique ( Diplôme obtenu à 3IL Limoges France) Il début sa carrière par un stage de fin d'étude d'ingénieur à Toulouse sur un projet de AIRBUS Toulouse Blagnac, il enchaîne ensuite à Nantes où il travaille sur le projet de la migration documentaire de la BPCE. Son ambition le conduit ensuite à Paris où il travaille sur deux projets de la banque de France (Validation des titres de bourse émis sur le marché européen et la génération centralisée des documents) qu'il quitte quelques années plus tard occupant le poste de responsable technique. Passionné de l'information, il est actif sur le web et sur le terrain depuis les années 2000.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here