Il n’est pas toujours utile d’aller chercher très loin pour être surpris. C’est la leçon que nous apprennent encore une fois des chercheurs aujourd’hui. Ils viennent de découvrir, caché derrière Mars, la planète la plus proche de notre Terre, ce qui ressemble étrangement à un jumeau de la Lune !

[EN VIDÉO] Ce sont tous les astéroïdes connus dans notre Système solaire  Regardez comme ils sont nombreux : voici tous les astéroïdes identifiés par les astronomes depuis le premier découvert en 1801. Le nombre de découvertes a littéralement bondi depuis la fin du XXe siècle. 

Il s’appelle (101429) 1998 VF31. C’est un astéroïde troyen de Mars. Des chercheurs de l’Observatoire d’Armagh (Irlande) révèlent aujourd’hui qu’il pourrait bien s’agir d’un jumeau de la Lune, caché là depuis bien longtemps. Sa composition, en effet, apparaît étonnamment similaire à celle de notre satellite naturel.

Ceux que les astronomes appellent des astéroïdes troyens sont des astéroïdes qui suivent une planète sur son orbite, piégés dans des sortes de « refuges » gravitationnels, à 60 degrés devant et derrière la planète en question. Des milliers de ces astéroïdes sont connus pour Jupiter. Une poignée seulement pour Mars. Ils sont constitués de restes de matière provenant de la formation et de l’évolution précoce du Système solaire.

À l’aide du spectrographe X-Shooter, monté sur le Very Large Telescope (VLT) de l’Observatoire européen austral (ESO, Chili), les chercheurs ont étudié la façon dont la surface des astéroïdes troyens de Mars reflète la lumière du Soleil dans différentes couleurs. Leur spectre de réflectance, comme l’appellent les physiciens. Des spectres qu’ils doivent ensuite comparer à ceux de corps dont la composition est connue pour conclure.

Les données déjà disponibles pour (101429) 1998 VF31 les avaient poussés à placer l’astéroïde dans la classe commune des chondrites ordinaires. La précision du VLT et des données supplémentaires obtenues par le télescope infrarouge de l’Infrared Telescope Facility de la Nasa (Hawaï) les ont encouragés à revoir leur copie. Le spectre de cet astéroïde ne correspond en effet finalement à aucun type particulier de météorite ou même d’astéroïde. En élargissant leur comparaison à d’autres types de surfaces, ils ont découvert que la meilleure correspondance était obtenue… avec la Lune !

Ici, la planète Mars et ses astéroïdes troyens tournant autour des points de Lagrange L4 et L5. L’astéroïde (101429) 1998 VF31 est représenté par un point bleu en L5. © Observatoire d’Armagh 

Pour expliquer cette composition inhabituelle, les astronomes avancent plusieurs hypothèses. (101429) 1998 VF31 pourrait n’être qu’un banal astéroïde ayant acquis une apparence similaire à la Lune par simple exposition au rayonnement solaire. Riche en pyroxène — un minéral que l’on trouve dans la couche externe ou dans la croûte des corps de la taille de Mars –, il pourrait aussi provenir de Mars. L’impact à l’origine sur la planète rouge du gigantesque bassin Borealis aurait par exemple en effet très bien pu envoyer un tel objet sur cette orbite. C’est peut-être l’hypothèse la plus probable.

Mais la plus séduisante reste celle du frère jumeau de la Lune. « Le Système solaire primitif était rempli de débris et les collisions étaient courantes. De grands astéroïdes — ceux que les astronomes appellent les planétésimaux — frappaient constamment la Lune. Un éclat d’une telle collision aurait pu atteindre l’orbite de Mars alors que la planète rouge était encore en formation et se retrouver piégé dans le nuage de ses astéroïdes troyens », raconte Apostolos Christou, astronome, dans un communiqué de l’Observatoire d’Armagh.

Autre intérêt soulevé par l’étude des astéroïdes troyens de Mars : le fait que le rayonnement solaire puisse permettre à des blocs de la taille d’un rocher — ou même d’une ville — de s’échapper de leur orbite. Pour des astéroïdes troyens de la Terre — s’ils existent –, ceux-ci pourraient se transformer alors en petits objets géocroiseurs représentant un danger pour notre planète.

Nasa : feu vert à une mission d’exploration des astéroïdes troyens de Jupiter

Source: https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/systeme-solaire-jumeau-lune-cache-derriere-mars-83999/

Asteroid, Moon, Mars, Trojan, Observation

World news – FR – Un jumeau de la Lune caché derrière Mars

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here