Annonces de Macron, caricature d’Erdogan par «Charlie Hebdo», l’ONG BarakaCity dissoute… L’actu de ce mercredi

Vote sur les pesticides au Sénat : «Ce qui s’est passé la nuit dernière est grave»

Neutralité carbone en 2050 : «Ce n’est pas une lubie soudaine du Premier ministre japonais» Abonnés

Non, Sophie Pétronin n’a pas écrit de lettre évoquant sa conversion à l’islam à Emmanuel Macron

Plus haut que la tour Eiffel et même que l’Empire State Building. Bien plus haut, même. Des scientifiques australiens ont découvert un récif corallien de 500 mètres de hauteur. La trouvaille est certes impressionnante, mais elle est aussi inédite. Pour la première fois, un récif isolé est découvert tout au nord de la Grande Barrière, à 130 kilomètres au large de cap York, qui s’étend sur 2 300 kilomètres au large de la côte nord-est de l’Australie. Et puis, c’est aussi le «premier récif isolé découvert depuis cent vingt ans», s’enthousiasme le Schmidt Ocean Institut, une fondation californienne sans but lucratif spécialisée dans la recherche en océanographie qui a conduit les recherches.

L’un des scientifiques qui a pris part à cette opération, Tom Bridge, de l’université James Cook de Townsville, donne quelques dimensions supplémentaires : le pic est large de 1,5 kilomètre à sa base et est installé à 40 mètres sous la surface de l’eau. La découverte a eu lieu la semaine dernière durant une opération de cartographie de la zone grâce à SuBastian un robot sous-marin, lâché depuis le navire de l’institut, le Falkor, mobilisé dans une exploration d’un an.

LIVE ALERT: We are just about to view for the first time a 500 meter tall reef, the first one discoverd in the #GreatBarrierReef in 120 years. Be part of history and see it for the first time. https://t.co/SatV5HEwTf pic.twitter.com/ivxAOIjus4

Lors d’un direct commenté de la découverte postée sur YouTube – comme les autres plongées de l’institut – le Dr Robin Beaman de l’université James Cook explique que sept récifs de ce type sont déjà connus. La zone a fait l’objet de nombreuses opérations destinées à cartographier ses fonds marins depuis une vingtaine d’années, explique le scientifique, mais les récentes innovations technologiques, dont est équipé le Falkor, ont permis de découvrir la présence de ce récif isolé. Présence confirmée par la plongée de SuBastian que l’on peut voir effectuer de nombreux prélèvements dans la vidéo.

La découverte témoigne de la richesse de la Grande Barrière de corail et des nombreuses découvertes qu’il reste à y faire. Composé de 400 espèces de coraux répertoriées, le récif regorge d’une bouillonnante biodiversité de 1 500 espèces de poissons et 4 000 de mollusques, selon l’Unesco. La Grande Barrière est répertoriée au patrimoine mondial depuis 1981. Durant l’opération menée à bord du Falkor, les scientifiques ont déjà découvert des dizaines de nouvelles espèces qui ouvrent la porte à de nouvelles recherches. En mars, un siphonophore de 45 mètres de long a été filmé. Le spécimen rencontré de cet animal des profondeurs, qui ressemble à une guirlande lumineuse, devient la plus longue créature jamais mesurée.

Si la découverte est réjouissante, l’état de la Grande Barrière de corail est très préoccupant. Une étude publiée dans le Proceedings of the Royal Society tirait la sonnette d’alarme il y a quelques jours : la moitié de ses coraux ont péri ces vingt-cinq dernières années. Les auteurs notent que l’abondance de tous les types de coraux a diminué depuis le milieu des années 90. Les espèces les plus grandes ont décliné de 80 à 90% depuis vingt-cinq ans avait expliqué le professeur Terry Hughes à l’AFP.

Outre le tourisme de masse et les ruissellements agricoles, le réchauffement climatique provoque des épisodes de blanchiment des coraux de plus en plus réguliers. Une hausse de la température de l’eau qui conduit à l’expulsion des algues symbiotiques qui donne la couleur et leurs nutriments aux coraux et par conséquent à leur dépérissement. Sans une diminution des températures mondiales, les coraux continueront de mourir, prévient Terry Hughes. Après deux épisodes inédits en 2016 et 2017, l’Australie avait considéré les perspectives du récif comme «très mauvaises».  

Vote sur les pesticides au Sénat : «Ce qui s’est passé la nuit dernière est grave»

28.10.20

L’actu
Allocution. Après l’échec de toutes les solutions alternatives, Emmanuel Macron appelle à l’union nationale et annoncera, ce mercredi soir à 20 heures,…

26.10.20

Avec «Ici mieux qu’en face», l’artiste française investit la collection permanente du Petit Palais dans un dialogue poétique avec les œuvres et les siècles.

26.10.20

Face à l’essor rapide des véhicules «propres», une filière européenne de recyclage des batteries lithium-ion se met en place, indispensable pour réduire l’empreinte écologique de ces dernières. Mais les processus actuels sont énergivores et leur efficacité encore limitée. Philippe Barboux, professeur à Chimie ParisTech, expose à «Libé» les enjeux.

23.10.20

La forêt joue un rôle fondamental face au changement climatique : puits de carbone, lutte contre l’érosion des sols, refuge pour la biodiversité, régulation de la température, production d’un matériau durable… Encore faut-il qu’elle ait le temps de s’adapter.

27.10.20

Dans une étude publiée vendredi, plus de 60 experts estiment «crucial» que les prochains objectifs politiques mondiaux adoptés lors de la COP15 Biodiversité, prévue en mai 2021, soient «multiples, interconnectés et ambitieux».

25.10.20

Des permis de forage de pétrole sur des terres fédérales doivent être vendus début décembre en Californie. Dans le comté de Kern, certains habitants tentent d’alerter sur les dangers de l’exploitation de l’énergie fossile.

28.10.20

Cédric Philibert, de l’Institut français des relations internationales (Ifri), analyse la solidité des annonces du Japon pour se décarboner et ainsi limiter la casse climatique.

25.10.20

Facile à produire et à diffuser, le hip hop aux textes hostiles au pouvoir connaît un succès grandissant en Asie du Sud-Est, malgré les tentatives de censures des autorités.

27.10.20

Le gouvernement autorise à nouveau l’utilisation des insecticides toxiques dans la culture betteravière comme si l’on ne pouvait pas penser la transition autrement que par la persistance des pollutions.

22.10.20

Selon une étude, la libération de ces éléments, dont on ignore la toxicité, est due à la stérilisation des biberons en polypropylène.

Source: https://www.liberation.fr/terre/2020/10/28/un-impressionnant-recif-haut-de-500-metres-decouvert-dans-la-grande-barriere-de-corail_1803716

Great Barrier Reef, Coral reef, Reef, Empire State Building, Eiffel Tower, Australia

World news РFR РUn impressionnant r̩cif haut de 500 m̬tres d̩couvert dans la Grande Barri̬re de corail

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here