Smartphones • 2020

Le Xiaomi Poco X3 est un smartphone de milieu de gamme avec un positionnement orienté autour du rapport qualité/prix. Il est équipé d’un SoC Qualcomm Snapdragon 732G épaulé par 6 Go de RAM, d’un écran LCD de 6,67 pouces full HD+, d’une batterie de 5160 mAh et d’un quadruple capteur photo avec ultra grand-angle.

Le Xiaomi Poco X3 a attiré beaucoup d’attention avec son prix agressif pour un smartphone dont l’écran profite d’un rafraîchissement de 120 Hz. Que vaut-il au quotidien ? Voici notre test complet pour le savoir.

Nous allons nous intéresser au Xiaomi Poco X3. Après un long moment sans nouvelle de cette gamme en France, celle-ci est revenue en force en 2020 avec deux modèles dévoilés à quelques mois d’intervalle seulement. Ce nouveau smartphone propose une offre assez rapide à cerner : profiter d’un écran 120 Hz à un tarif alléchant. Nous l’avons testé pour savoir s’il méritait votre préférence.

Xiaomi n’a clairement pas tenté de révolutionner son monde avec le Poco X3. On a ici un écran plat et percé en haut au centre pour abriter le capteur photo frontal. Tout autour, les bordures sont assez épaisses, surtout au niveau du menton. Pour la prise en main, on a affaire à un smartphone assez lourd avec ses 215 grammes. Ce poids ne choque cependant pas à l’utilisation, l’appareil étant plutôt bien équilibré. J’ai plus été marqué par la largeur du produit : 76,8 mm, soit un tout petit peu plus que sur le gros Galaxy S20 Ultra.

Le Poco X3 a un dos un plastique imitant l’effet du verre de manière plus ou moins convaincante. On remarque surtout qu’il accroche beaucoup les traces de doigt. D’ailleurs en parlant de la face arrière du téléphone, on rencontre l’élément qui m’a le plus gêné : le module photo, car il est assez laid. Xiaomi a intégré quatre capteurs et un flash LED qui dépassent en relief — ce qui est déjà un peu embêtant —, mais on a ici un module photo plutôt rectangulaire avec des bords arrondis qui surplombe un motif rond. Ce n’est vraiment pas très joli.

Au-delà de ce détail, on remarquera aussi la bande verticale striée au milieu et le logo Poco imprimé par dessus. Ledit mot-symbole est par ailleurs très gros, impossible de passer à côté. Vous l’aurez compris, ce téléphone ne fait pas dans la finesse.

Le lecteur d’empreintes se trouve à droite, dans une sorte de léger renfoncement et sert aussi de bouton de déverrouillage. Les touches du volume sont positionnées juste au-dessus et peut-être un peu trop haut : augmenter le son peut nécessiter un mouvement inconfortable avec le pouce.

Le tiroir logeant à nano SIM et à microSD est à gauche tandis que le port USB-C et la prise jack se sont installés en bas.

Le mode 120 Hz est l’un des principaux arguments de ce Poco X3 qui tente ici de faire oublier le fait que le Poco F2 Pro, pourtant positionné sur un segment tarifaire plus élevé, ne profite pas d’une telle option. Dans les faits, la fluidité qui s’en dégage se ressent parfaitement, c’est un vrai plus pour le confort d’utilisation. Précisons simplement que Xiaomi s’inspire de Samsung sur cette fonctionnalité : les 120 Hz ne sont pas constants, le nombre d’images par seconde baisse en fonction du contenu affiché.

Une belle fluidité ne suffit cependant pas à faire un bel écran et il faut pousser notre analyse plus loin. Ici, la dalle propose un affichage LCD, une diagonale de 6,67 pouces au ratio 20:9 et une définition de 2400 x 1080 pixels. Le rectangle sous nos yeux n’offre pas une expérience de visionnage à couper le souffle, mais il est quand même en mesure d’assurer une bonne qualité, du moins est-elle satisfaisante pour un appareil à ce prix.

Par exemple, l’écran du Poco X3 ne brille pas de mille feux, mais avec une luminosité maximale de 448 cd/m², il sait offrir une lisibilité très correcte dans un bon nombre de cas. Si le soleil ou une forte lampe vient darder ses rayons sur la dalle, vous pourrez toutefois rencontrer quelques difficultés à ce ne niveau-là.

Nous avons évidemment soumis le téléphone à notre sonde colorimétrique associée au logiciel CalMan de Portrait Displays. L’occasion de mesurer un contraste de 1331:1 très satisfaisant pour du LCD (un contraste de 1000:1 étant jugé un peu trop juste, trop mou). Ensuite, sachez que le Poco X3 propose quelques réglages pour ajuster la qualité de l’affichage à votre convenance. De base, le smartphone est sur un mode automatique qui adapte les tonalités en fonction de la luminosité ambiante. Or, il existe aussi deux autres options.

Pour aller plus loinComment sont testés les smartphones chez Frandroid ?

On a tout d’abord un mode saturé dont le nom ne laisse pas beaucoup de place au doute. Celui-ci a pour vocation de sublimer les couleurs quitte à ce qu’elles soient très éloignées de la réalité. Sans surprise, la température moyenne s’envole vers presque à 8000 K qui trahit une grosse dominante de bleu — l’idéal se situe plutôt à 6500 K. Dans cette configuration, le Poco X3 arrive à offrir une palette assez large de couleurs en couvrant 123 % de l’espace sRGB (facile à gérer) et 83 % du DCI-P3 (plus large et donc plus complexe).

Ce ne sont là pas des résultats extraordinaires, mais disons que cela reste très convenable. On le disait, la fidélité aux couleurs n’est pas la priorité du mode saturé. Ainsi, le Delta E moyen observé sur le DCI-P3 est de 5,88 quand on préfère voir cet indice s’approcher de 3. Avec ce profil, le Poco X3 a surtout du mal sur le bleu cyan (100 %) et sur les teintes de gris.

En mode saturé, le Poco X3 offre des couleurs très éloignées de la réalité, surtout sur le cyan et les gris // Source : Frandroid

Le mode standard lui, tend beaucoup vers des tons fidèles à la réalité, mais le téléphone perd alors beaucoup en pluralité des couleurs. L’espace sRGB est tout juste couvert dans sa totalité quand le DCI-P3 est plutôt mal géré.

Finalement, on conseillera de plutôt vous tourner vers le réglage adaptatif par défaut ou alors de choisi le mode saturé tout en incorporant un peu plus de rouge via le curseur sur la palette à l’écran.

On retrouve sur ce smartphone l’interface maison de Xiaomi : MIUI 12 sous Android 10. Celle-ci est adorée d’un côté pour ses personnalisations à foison permettant d’affiner presque chaque aspect de l’expérience utilisateur. Or, elle est également très critiquée pour son aspect un peu fouillis et sa philosophie très éloignée de l’Android tel qu’imaginé par Google.

Mode sombre et navigation par gestes sont bien de la partie tout comme le tiroir d’applications qui, sur le Poco Launcher, ne peut pas être désactivé. Vous pourrez toutefois vous débarrasser du tri d’applications par onglets qui est proposé par défaut.

Pour aller plus loinMIUI 12 : notre prise en main d’une interface atypique mais très soignée

Attardons-nous cependant sur le fait que le Poco X3 profite de la version 12 de MIUI qui est relativement récente. L’une des grosses nouveautés de cette interface est le centre de contrôle très inspiré de ce que l’on trouve sur iOS. Par défaut, celui-ci n’est pas activé et vous accéderez donc à vos notifications et à vos raccourcis de manière classique pour un smartphone Android. Cependant, faites un tour dans les paramètres d’affichage.

Vous y trouverez une rubrique « Centre de contrôle & Panneau de notification ». Dedans, l’option « Utiliser le nouveau Centre de contrôle » permet donc de profiter de l’expérience proposée depuis peu par Xiaomi. Avec un glissement du pouce vers le bas sur l’écran d’accueil, vous n’afficherez que vos notifications. Toutefois, si vous entamez ce geste depuis la droite du poinçon — vraiment tout en haut — alors vous verrez apparaître le centre de contrôle dont le design n’a vraiment rien à voir avec ce qu’Android propose habituellement.

Ici, vous aurez accès à tous les paramètres rapides avec des icônes très grosses. Quatre informations sont plus mises en avant que les autres via de larges tuiles rangées tout en haut : les données mobiles, la connexion Wi-Fi, le Bluetooth et la lampe torche. L’expérience est intéressante et se distingue un peu des concurrents… mais pas beaucoup des iPhone. Petite frustration : l’interface n’explique jamais la méthode pour abaisser le centre de contrôle, c’est à vous de savoir comment faire. En outre, il est assez dommage de ne pouvoir abaisser ledit centre de contrôle que depuis une partie aussi spécifique de l’écran, mais je ne vois pas trop comment contourner cette restriction.

MIUI 12 apporte aussi la possibilité de profiter de fenêtres flottantes. Sur le Poco X3, l’option existe bel et bien, mais je n’ai pas du tout réussi à l’activer en suivant la méthode indiquée par le téléphone. Dans mon cas, j’ai dû afficher toutes les applications ouvertes, maintenir appuyé sur l’une d’entre elles et espérer que le bouton dédié à la fonctionnalité soit disponible. En agissant de la sorte, je pouvais ensuite afficher la galerie ou Google Chrome comme une fenêtre flottante… L’option porte bien son nom ici.

Hormis cela, ce n’est plus une surprise, Xiaomi, malgré une interface MIUI qui s’écarte de la vision du géant de Mountain View, met Google à l’honneur en adoptant nombre de ses applications en sortie d’usine. Les applications Téléphone et Messages par défaut sont notamment celles du colosse aux quatre couleurs et on retrouve sur la boîte du Poco X3 la mention « with easy access to the Google apps you use the most ». « Avec un accès facile aux applications Google que vous utilisez le plus », aurait dit Molière sans anachronisme, aucun.

On retrouve aussi quelques confusions habituelles malheureusement. Pour ouvrir l’appareil photo depuis l’écran verrouillé, le téléphone indique qu’il faut « transporter » l’icône au lieu de la faire glisser. Aussi, dans les paramètres, il est facile de confondre les options « Mode Plein écran » et « Affichage Plein écran ». Contre-intuitivement, la première permet d’étendre les applications quand la seconde active la navigation par gestes. Lire une option « Tiroir de l’application » plutôt que « Tiroir d’applications » me fait aussi un peu grincer des dents.

Toutefois, MIUI reste agaçant essentiellement sur deux points. D’une part, l’antivirus affichant de la publicité et qui se déclenche à chaque téléchargement d’application, même depuis le Play Store. On n’en veut plus ! Heureusement, cette option est désactivable. D’autre part, quelques services tiers sont préinstallés sans que cela ne soit forcément très pertinent pour l’utilisateur comme eBay ou LinkedIn.

Comme l’indique très explicitement le nom complet de l’appareil, « Xiaomi Poco X3 NFC », ce smartphone profite de la communication à champ proche (NFC), pratique pour vos paiements mobiles ou pour valider des titres de transport dans les réseaux urbains qui le permettent. Sur les services SVoD comme Netflix, la qualité HD pour vos vidéos est normalement au rendez-vous puisque le smartphone profite du DRM Widevine L1 (c’est le niveau de sécurité maximal).

Le Xiaomi Poco X3 offre une bonne qualité audio en stéréo avec ses haut-parleurs. De quoi profiter d’une bonne spatialisation du son, mais il est aussi agréable de voir que l’expérience d’écoute n’est pas vraiment perturbée si, par mégarde, vous bouchez l’une des grilles.

Par contre, attention, en poussant le volume à fond, vous êtes presque assuré de souffrir de quelques saturations sur les sons aigus. Au-delà de ça, la restitution reste plutôt complète et équilibrée, même si on n’atteint jamais une qualité incroyable. Concrètement, le Poco X3 peut servir d’enceinte d’appoint à condition de ne pas être trop audiophile.

Sur beaucoup de ses smartphones, Xiaomi persiste et signe avec un quadruple module photo arrière et le Poco X3 a droit au même soin. Le constructeur participe pleinement à la course à la multiplication des capteurs. Voici donc la configuration qui nous attend ici :

Rappelons que l’appareil photo du Poco X3 reprend l’agaçante habitude des smartphones de Xiaomi d’insérer par défaut un filigrane (watermark) en bas à gauche des images. Pensez à désactiver cette option.

Vous connaissez la chanson : quand les bonnes conditions lumineuses sont au rendez-vous, on profite de belles photos bien détaillées et avec une dynamique assez bien gérée. Il faut dire que les smartphones d’aujourd’hui, même à des prix relativement bas, ne rencontrent plus énormément de problèmes à produire de belles images en plein jour. On notera quand même que le Poco X3 montre une certaine tendance à incorporer du rouge sur les clichés, les rendant un peu plus chaleureux.

La nuit, le Poco X3 n’est pas extraordinaire, mais il assure une qualité assez correcte pour satisfaire dans cette gamme de prix. Les images sont assez bien restituées pour ne pas trahir l’atmosphère qui se dégageait de la scène immortalisée. On perd toutefois évidemment beaucoup de netteté surtout sur des éléments lointains, mais il faut admettre que l’appareil fait un travail honorable, mais sans plus. Les fortes sources de lumière peuvent causer des effets lens flare, mais encore une fois, on peut se montrer un peu indulgent, car ça ne gêne pas énormément.

Un mode nuit est mis à votre disposition et permet d’éclairer un peu la scène. Il ne fera cependant pas de miracle contrairement à ce que l’on peut voir sur certains smartphones haut de gamme parfois nyctalopes.

Le capteur principal du Poco X3 permet aussi d’activer un mode 64 mégapixels pour profiter d’images plus grandes et mieux définies. Du moment que vous avez une bonne lumière, cette fonction produit des clichés bien plus riches en détail. Attention à la place que ces photos prennent sur votre espace de stockage. Dans l’exemple ci-dessous, on passe d’un fichier de 12 Mo à 35 Mo.

L’ultra grand-angle du Xiaomi Poco X3 n’est pas mauvais en pleine journée, mais il manque un peu de cohérence colorimétrique avec la prise de vue normale et on obtient souvent des images un peu plus pâles en comparaison. Ça pète moins à l’œil et dans certaines situations, cela engendre une sorte de voile pastel. La nuit, ce mode de prise de vue est très limité en termes de netteté et de luminosité.

Le mode portrait du Xiaomi Poco X3 n’est pas toujours très convaincant dans le sens où le capteur de profondeur n’apporte une grosse plus-value. Malgré sa présence, la délimitation entre la personne au premier plan et le fond reste assez aléatoire et des mèches de cheveux se retrouvent presque systématiquement floutées par erreur. Il arrive aussi qu’une large zone autour du sujet que vous photographiez reste nette alors qu’elle devrait être floue. On notera surtout que les photos en extérieur sont bien mieux gérées par ce mode, sous une lumière naturelle.

Un mode portrait un peu capricieux en somme, et dont les photos pèsent étrangement très lourd, autour de 38 Mo. Les images ci-dessous ont ainsi été compressées pour pouvoir être téléversées sur le site.

Le mode macro, lui, n’est pas très pertinent. Même si elle permet effectivement de prendre des objets en photo de très près, la définition des images reste trop faible pour être vraiment exploitable. Ce gadget peut par ailleurs assez facilement être remplacé par une photo avec le capteur classique dans laquelle vous zoomerez un peu.

Sur les selfies, le Poco X3 compte sur un capteur photo frontal de 20 mégapixels (f/2,2) qui produit de bonnes photo, assez détaillées, mais qui manque un peu d’énergie pour bien gérer les forts contrastes dans une scène. Les contre-jour ne sont pas son ami.

Le Xiaomi Poco X3 est propulsé par un Snapdragon 732G, une puce de Qualcomm destinée aux smartphones à la croisée de l’entrée et du milieu de gamme. Aucun souci particulier à noter en thèmes de performances, le SoC n’offre pas plus que ce qu’on attend de lui, mais pas certainement pas moins non plus. Pas de déception et pas de surprise.

Sur Fortnite, les graphismes sont réglés par défaut sur un niveau moyen et vous ne pourrez pas aller au-delà. Sans surprise, le jeu est aussi limité à du 30 fps sur ce smartphone. Du moins, c’est ce qu’indiquent les paramètres, car pendant une partie on est plutôt plafonné à du 25 fps. Seul un œil particulièrement aguerri pourra vraiment s’en rendre compte cela dit. Ce que même les néophytes réussiront cependant à observer, c’est que sur des scènes très animées, il arrive parfois que le Poco X3 faiblisse un tantinet pour chuter à 18 ou 20 fps. Cela arrive surtout au début, quand il faut sauter du bus volant, mais ça reste encore assez rare.

Sur Call of Duty Mobile, un jeu mieux optimisé pour les smartphones, vous pourrez activer les graphismes dans leur configuration maximale tout comme la fréquence d’images affichées par seconde. Dans ces conditions, le Poco X3 s’en sort vraiment très bien même si, c’est vrai, quelques tout petits ralentissements peuvent se ressentir. Rien d’assez méchant pour justifier une défaite, sauf si vous jouez vraiment à un niveau très professionnel. Avec des paramètres un tout petit peu plus modestes, le téléphone ne rencontre absolument aucun souci.

Attention cela dit, le Xiaomi Poco X3 peut chauffer assez rapidement quand on l’exploite très activement. Attention donc aux mains moites — je n’ai pas été brûlé par contre. Par ailleurs, notez la présence de 8 Go de RAM LPPDR4X et un espace de stockage interne extensible qui varie de 64 à 128 Go.

C’est une grosse batterie de 5160 mAh qui équipe le Poco X3. L’objectif de cet accumulateur massif est clairement de pouvoir résister aux affres du mode 120 Hz forcément très gourmand en énergie. Dans les faits, la mission est plutôt couronnée de succès. Certes, avec toutes ses optimisations logicielles et sa gestion assez agressive de la RAM, Xiaomi nous a déjà habitués à des smartphones à des monstres d’endurance, mais ceux-ci n’avaient pas la même fluidité d’écran.

En effet, on a ici un smartphone qui réussit à tenir le rythme d’une journée complète et bien active avec aisance, l’impact des 120 Hz n’est pas si gros. Si vous vous êtes vraiment acharné à jouer et à regarder des séries Netflix dessus pendant plusieurs heures, alors oui peut-être que vous tomberez à des niveaux un peu trop bas pour être serein jusqu’au coucher. Mais cas extrêmes mis à part, même avec une utilisation bien poussée pendant laquelle vous enchaînez plusieurs applications diverses et variées, vous n’aurez pas à vous inquiéter et vous pourrez même entamer avec confiance la journée suivante.

Hélas, le Poco X3 n’a pu se prêter à notre protocole de test personnalisé ViSer suite à un souci logiciel. Toutefois, pour donner quelques indications : une partie de Fortnite — donc avec le 120 Hz bien actif tout du long —, une partie de 15 minutes consomme entre 7 et 8 % de batterie. Ce n’est pas une preuve époustouflante d’endurance, mais c’est plutôt honorable. Sur YouTube, une vidéo d’une heure consomme généralement 8 %.

Le Poco X3 prêté par Xiaomi pour ce test rencontrait de gros souci de réseau. La connexion ne voulait pas se faire malgré le fait que la barre d’était indiquait bien « 4G+ ». Heureusement, un autre modèle à la rédaction m’a permis de me rendre compte qu’il s’agissait d’un souci ne concernant que notre exemplaire. Ainsi, avec un modèle fonctionnant normalement, pas de souci particulier à signaler sur le réseau Orange, sauf peut-être dans certains couloirs de métro.

La géolocalisation fonctionne aussi correctement, sans heurt. Pour les appels, nous pourrons saluer la bonne frustration des bruits autour de vous-même si vous êtes sur un grand boulevard parisien. Cependant, à l’autre bout du fil, votre interlocuteur percevra votre voix de manière très compressée, au point que cela en devient presque désagréable par moment.

Deux versions du Poco X3 sont disponibles à la vente en France. Le modèle disposant de 64 Go de stockage interne se vend à 229,90 euros quand celui doté de 128 Go voit son prix officiel monter à 269,90 euros.

Si le Xiaomi Poco X3 vous intéresse, il vous faudra choisir entre deux coloris : bleu et gris.

Rédacteur en chef adjoint de Frandroid. Je rêve de faire du poney aquatique et de connaître toutes les décimales de Pi. J’aime la tech, mes collègues, les mangas, le piano et les anecdotes inutiles.

Xiaomi Poco X3 : voici un aperçu de son potentiel en photo et de sa charge rapide

J’accepte que mon e-mail soit utilisé par Humanoid pour m’envoyer la newsletter Frandroid à la temporalité choisie

Non il est à 229€ en version 64go, tout en sachant qu’il reste bien plus performant (le Exynos du A51 étant l’équivalent d’un S710, sorti y’a deux ans). La version 128go est effectivement vendue à 250€ par les revendeurs officiels, soit 50€ de moins que le A51 par un revendeur officiel. 🙂

Pour l’écran, si en effet le A51 a un meilleur écran, celui du Poco reste très honorable et bien plus fluide. Il n’est pas d’une qualité “lamentable” et il faudrait peut-être avoir le smartphone entre les mains avant de tirer quelconques conclusions hâtives. Surtout que l’IPS constitue la majorité des écrans actuels et qu’il me semble pas que tu t’en plaignes pour autant, si? 🙂

Concernant l’UI, c’est les goûts et les couleurs. Je n’aime pas les deux, mais MIUI reste très positif dans ce qu’il fait malgré des ratés comme pour les pubs ou sur certaines traductions. Ce qui en effet donne un point au A51, mais ça reste très peu sachant que les majs de sécurité du A51 sont trimestrielles (et heureusement qu’il est sous Android 10, je rappelle que cette version était déjà disponible à la sortie du smartphones..): https://security.samsungmobile.com/workScope.smsb

Pour le design, les deux étant en plastique, pour moi aucun point pour les deux. De toute façon, une coque et c’est fini.

EDIT: D’ailleurs, je ne sais pas si tu as réellement lu le test, mais le Poco X3 a un port micro SD.

J’en vois pas beaucoup des téléphones avec écran amoled à ce prix, les seuls téléphones avec ce type d’écran font de grosses concessions ailleurs (les anciens Samsung, le Xiaomi mi A3, entre autres).
De même pour le menton, qui est loin d’être énorme comparé aux autres téléphones dans cette gamme de prix !

Il est plus facile de désactiver le watermark sur les photos des xiaomi que les remarques systématiques du site sur le sujet.

Et le design est subjectif. Quand on compare les critiques avec, disons le dos du pixel 4a, que je trouve personnellement très laid, avec un gros rectangle pour un unique capteur et une diode flash, vous avez choisi votre camp.

La gamme a40, a41, a50, a51 ne vaut que pour son écran amoled. Le reste, photo, puissance processeur etc, c’est moyennasse et ces smartphones ne valent carrément pas leurs prix.

Salut Fandroid ! Vous vous tapez pas des déprimes en lisant les commentaires ? à priori, à peu près tout le monde a la prétention de faire mieux que vous, aurait utilisé un vocabulaire plus adapté, aurait donné un autre argument, aurait soulevé un autre défaut .. ce vivier de journalistes à embaucher ! ça doit vous donner le vertige, non !!!? ;O)))
Bon , au fait pas la peine de répondre, je ne lis pas les commentaires à mes messages

Sur ce genre de smartphones je m’interroge toujours sur l’utilité d’une dalle à haut taux de rafraîchissement. Le SOC n’est même pas capable d’afficher un tel framerate en jeu, et les contenus disponibles ne sont pas vraiment fréquents.
A part scroller sur Insta ou Twitter, je ne vois vraiment pas.
Remarque, c’est à la mode…

euuuu j avais un pocophone F1 et j ai voulut repasser sur Samsung aillant un bon souvenir de mon s7 j ai pris un A50 puis un A51, l interface bien, les photo biencapteur sous l écran, tout sa tout sa…..mais l autonomie au secours je revis avec mon redmi note 8 pro

Publicités facilement désactivables si on a une rom européenne et de toute façon présentes que dans les applis de Xiaomi qu’on utilise très peu (du genre le lecteur de musique, le gestionnaire de fichiers). Donc oui un bon 9/10 😁

Vous auriez pu indiquer les hauts parleurs stéréo dans les points positifs,

et ça fait bcp de bon points pour un smartphone à 200€ voir moins : gros processeur pour le prix (meilleur que celui du Samsung A71 et du Mi note 10 bcp plus cher par exemple) avec en plus un système de refroidissement liquide, 120 hertz, son stéréo, bonnes photos et vidéos pour le prix, charge rapide 33 watt fourni dans la boîte qui recharge l’énorme batterie en une heure, Miui 12avec Poco launcher.

Ce smartphone mérite un 9/10, car à son prix aujourd’hui c’est impossible de trouver meilleur rapport qualité prix. J’enlève le point du 10/10 pour les publicités

C’est peut être vrai quand tu n’as pas de micro SD avec un stockage interne plus que limité, mais bon quand on ne peut s’offrir qu’un smartphone à 200€, il serait aussi étonnant qu’on puisse s’offrir un très gros forfait 4G suffisant pour utiliser Spotify, Youtube, etc… à tout bout de champ à moins d’être systématiquement en Wifi… quand il y en a…

J’ai 2 micro SD de 1To avec mes MP3 mais aussi mes Flac, vidéos, eBook en PDF mais aussi en MP4, et donc je suis quasi toujours en offline et donc autonome.

Après c’est la raison pour laquelle j’ai un Samsung avec des applis mieux conçues et non pas avec un Xiaomi… 😂🤣😂

A ce petit jeu ton Poco est à 250€ mini avec des specs et qualité lamentables puisque écran LCD au lieu de AMOLED et puissance équivalente, mais sans slot micro SD et une UI qui n’arrive pas à la cheville de ONE UI de Samsung et un smartphone de bien meilleure qualité, surtout que le A51 est sorti en décembre 2019 et qu’il est déjà avec Android 10 avec les derniers patches de septembre 2020.
Les mises à jour de sécurité ne sont pas systématiquement trimestrielles puisque plusieurs MAJ peuvent sortir durant le même trimestre.

Quand tu vois les traductions approximatives dans les firmwares de Xiaomi ça fait clairement pas sérieux !!!

Le design du A51 est largement à un autre niveau que le Poco !!! ^^

Il manque un bout de l’analyse notamment le paragraphe sur les performances. Sinon je suis curieux d’avoir un vs entre ce smartphone et le redmi note 9s. Et aussi un vs avec le note 8 pro.

Dispo à 270€ mini en France voire 300 si on veut un revendeur officiel, bien moins puissant, une autonomie en deçà du Poco (malgré le 120hz) et des MAJ de sécurité uniquement trimestrielles malgré que le téléphone vienne de sortir, super.

Et pourtant tu peux facilement trouver des Galaxy A51 pour environ 227€ pour la version 6/128 Go ou 8/128 Go en 4G et qui bénéficieront de 3 ans de mises à jour MAJEURES en plus des mises à jour de sécurité…

OSEF les Wiko ^^

J’ai un Samsung Galaxy Note 9 en 512 Go et une Galaxy Tab S6 en 256 Go avec 2 sd card de 1 To… 😂🤣😂

Et bien, un gestionnaire de fichiers plus utilisé que l’appareil photo ou que l’application horloge, en voilà une belle. L’application musique ne sert pas pour la grande majorité des gens, on les voit tous sur Spotify, youtube ect.

Ne pas confondre ton mésusage particuliers avec l’usage du plus grand nombre !
Le lecteur de musique ou le gestionnaire de fichiers sont deux fonctionnalités les plus usités !

Belle façon de se rassurer comme on peut surtout quand on n’a pas les moyens financiers de s’offrir mieux…

Ce smartphone vaut au mieux dans les 7/10 car en terme de spécifications c’est tout juste passable et le prix ne justifie pas toutes les autres lacunes… ^^

Bons plans forfait 4G

50 Go à 3,99 € ou 80 Go à 5,99 € : quel forfait mobile à petit prix choisir ?

Casques audio

Test du Logitech Pro X Wireless : toujours excellent, encore plus pratique

Sony

PS5 : Sony s’excuse pour le chaos des précommandes et promet un nouveau stock

Guides d’achat

Quelles sont les meilleures TV 4K et HDR de 65 pouces en 2020 ?

Sony

Avez-vous réussi à précommander la PS5 ?

Apple

Apple Watch : notre sélection d’applications pour votre montre connectée

Bons plans audio

Ce casque sans fil Sony avec réduction de bruit active coûte 89 euros

Xiaomi

Test du Xiaomi Poco X3 : mode 120 Hz ou autonomie, pourquoi choisir ?

Applications Android

Contre l’embargo, TikTok appelle Instagram et Facebook à soutenir sa lutte

Sony

PS5 : Sony navigue entre maitrise du secret et problèmes de transparence

Rejoignez la discussion

À propos •
Mentions légales •
Contacts •
Archives

Humanoid © 2020 – Frandroid, tous droits réservés

Source: https://www.frandroid.com/marques/xiaomi/766510_test-xiaomi-poco-x3-120-hz-prix-abordable

Xiaomi, Near-field communication, MIUI

World news – FR – Test Xiaomi Poco X3 : notre avis complet – Smartphones – Frandroid

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here