Deux ans après la mise à jour de l’Anywhere 2 en 2S, Logitech lance une Anywhere 3 dotée de la molette MagSpeed introduite précédemment sur la MX Master 3. De quoi asseoir sa domination sur le marché des souris nomades ?

Référence des souris bureautiques nomades, la Logitech MX Anywhere a connu plusieurs évolutions. Sa molette débrayable — à défilement libre ou cranté, au choix — a toujours été sa pièce maîtresse, apportant un indéniable confort d’utilisation lorsqu’il s’agit de faire défiler de longs documents. Alors quand Logitech a introduit sa nouvelle molette MagSpeed sur sa MX Master 3, reprenant tous les avantages de la précédente molette débrayable, mais sans ses défauts (risque d’instabilité sur certains modèles ; constaté aussi lors du test de l’Anywhere 2S, justement), nous nous sommes mis à rêver d’une nouvelle version de la MX Anywhere qui en serait dotée. C’est donc chose faite avec cette troisième version du fer de lance des souris nomades Logitech, qui en profite pour revoir son design.

La Logitech MX Anywhere 3 est disponible en trois coloris : gris, blanc et rose. Tous s’affichent au même tarif de 89 €.

De la même façon que les MX Anywhere 2 et 2S reprenaient les codes esthétiques de leurs parentes MX Master 2 et 2S, la MX Anywhere 3 s’inspire logiquement du design de la MX Master 3. Si la forme générale et les dimensions (100,5 x 65 x 34,4 mm) ne sont pas bouleversées, cette troisième version étant à peine plus large à sa base (+3 mm), on observe tout de même des changements importants qui modifient la prise en main de la souris.

Le plus marquant se situe au niveau des tranches, moins creusées. Le pouce ne peut plus prendre appui sous les boutons, ceux-ci étant pour le coup mieux intégrés et un peu plus accessibles. En revanche, ce n’est pas sans poser quelques soucis de préhension, puisque le revêtement siliconé des tranches a beau être en relief, il s’avère moins adhérent que le matériau utilisé sur la MX Master 3. Soulever la souris pour la recentrer sur le tapis est ainsi un peu moins évident et pousse à changer légèrement sa façon de la saisir.

Heureusement, Logitech est parvenu à réduire la masse de sa souris de quelques grammes. Nos contraintes de voir la molette MagSpeed alourdir la MX Anywhere 3 se sont envolées à l’instant où nous avons posé la souris sur notre balance de précision. À 95 g, celle-ci s’avère même 4 g moins lourde que ce qu’annonce Logitech et perd ainsi 9 g par rapport à l’Anywhere 2S. De quoi lui conférer une bonne agilité lorsqu’on la manipule du bout des doigts, que l’on soit droitier ou gaucher. En effet, le design symétrique de la souris autorise son usage de la main gauche. Il faut hélas faire une croix sur les boutons, absents de la tranche droite. Dommage que la MX Anywhere 3 ne soit pas totalement ambidextre.

Le fabricant suisse a néanmoins fait un effort d’accessibilité avec sa nouvelle MX Anywhere, élargissant sensiblement les boutons principaux. Les gros doigts apprécieront. Les oreilles sensibles, à l’inverse, aimeront beaucoup moins le bruit des interrupteurs mécaniques associés à ces boutons. Alors que l’on pouvait s’attendre à plus de discrétion par rapport aux boutons de la MX Master 3, ceux de la MX Anywhere 3 s’avèrent assez bruyants. Il s’agit pourtant de classiques Omron D2FC-F-7N, garantis pour un minimum de 10 millions d’activations, que nous retrouvons dans bon nombre de souris. La nouvelle forme des boutons serait-elle responsable d’une moindre isolation phonique ? Toujours est-il que pour une souris nomade amenée à être utilisée un peu n’importe où, notamment en communauté, nous trouvons cela assez ennuyeux. Difficile sans doute de concilier fermeté des boutons (pour éviter les activations intempestives lorsqu’on se trouve dans un environnement de travail exigüe), durabilité et silence de fonctionnement. Toujours est-il que le constat est clair : la MX Anywhere 3 n’est pas discrète à ce niveau.

Dommage, car le clic molette, de retour sur cette troisième version, est quant à lui délicieusement onctueux et silencieux. Il n’utilise toutefois pas le même interrupteur, sa durabilité n’ayant pas besoin d’être aussi longue que pour des boutons de clic principaux. Les deux boutons de tranche, pour leur part, se situent à mi-chemin, plutôt fermes, mais pas très bruyants. Un dernier bouton, situé au-dessus de la molette, sert par défaut à faire passer la molette d’un mode de défilement cranté à un mode de défilement libre. La molette est néanmoins capable de passer automatiquement en défilement libre à partir d’une certaine vitesse de rotation, si on l’impulse d’un mouvement de doigt assez franc (sensibilité réglable).

Cette molette MagSpeed est en tout cas un vrai bonheur à utiliser. Sa miniaturisation par rapport à celle qui équipe la MX Master 3 se fait sans contraintes notables. En revanche, il faut toujours faire une croix sur les boutons latéraux au niveau de la molette, la technologie MagSpeed ne permettant pas leur intégration à l’heure actuelle. Logitech a néanmoins trouvé la parade pour ceux qui utilisent ces boutons pour contrôler la barre de défilement latérale dans certains logiciels (tableurs, montage photo ou vidéo…), proposant simplement de maintenir enfoncé un des deux boutons de tranche en faisant tourner la molette pour reproduire cette fonction. On s’y fait finalement assez vite.

Malgré une perte de poids qui pouvait faire craindre une baisse de capacité de la batterie Li-Po intégrée, il n’en est rien. Ses 500 mAh suffisent toujours à assurer jusqu’à 70 jours d’utilisation, selon Logitech. Si l’on oublie de la charger malgré le message d’alerte survenant lorsque le niveau de charge est faible, on peut toujours compter sur la charge rapide pour redonner 3 heures d’autonomie en la branchant simplement une minute avec son câble USB-C.

On apprécie par ailleurs la connectivité multiple de la souris, qui peut aussi bien fonctionner avec le dongle USB Unifying fourni (compatible également avec les autres périphériques Logitech) qu’en Bluetooth. Grâce à la fonction Flow, il est même possible de contrôler plusieurs ordinateurs en même temps, qu’ils soient sous Windows ou macOS. Très pratique pour passer, par exemple, d’un ordinateur portable que l’on vient d’utiliser en déplacement et qui héberge des documents, à un ordinateur de bureau au travail ou à notre domicile. Les documents peuvent en effet glisser d’un ordinateur à l’autre par simple glisser-déposer, comme si l’on utilisait un unique ordinateur. Logitech est même allé encore plus loin en simplifiant la gestion des profils selon le type de logiciel utilisé. Les fonctions des différents boutons de la souris changent en effet automatiquement quand on passe d’un logiciel compatible (Microsoft Office, Suite Adobe, Zoom…) à l’autre. Le tout se paramètre dans le logiciel Logitech Options (voir encadré en fin de test).

Capable de fonctionner sur une grande variété de surfaces, verre compris, le capteur optique PixArt PMW3816DM de la Logitech MX Anywhere 3 – le même que celui de la MX Master 3 – offre en plus une excellente précision. On apprécie de ne pas avoir à se soucier de l’endroit où l’on pose sa souris, qui se montre véritablement tout-terrain. Nous n’avons pas encore trouvé de matériau qui pourrait perturber son capteur.

Logitech a en revanche décidé de ne plus indiquer précisément la sensibilité du capteur dans son logiciel Logitech Options. À la place, une simple barre de réglage permet d’ajuster la vitesse du pointeur. Plus facile à comprendre pour le grand public, sans doute, mais moins précis si l’on souhaite rapidement retrouver son réglage favori, si l’on a l’habitude d’utiliser une autre souris sur son ordinateur de bureau, par exemple.

Cette situation se présente notamment chez les joueurs PC, car si le capteur de la MX Anywhere 3 est très bon en bureautique, sa réactivité n’est pas suffisante pour un usage dans des jeux rapides (FPS, etc.). Il conviendra néanmoins tout à fait pour un usage occasionnel ou pour des titres moins nerveux, en utilisant de préférence la souris en liaison radio avec son dongle Unifying plutôt qu’en Bluetooth pour minimiser la latence.

Simple à utiliser, le logiciel Logitech Options permet de modifier les fonctions des deux boutons de tranche, de celui de la molette et du bouton supérieur de la MX Anywhere 3. Des réglages qui peuvent être différents selon le logiciel utilisé, Logitech Options prenant notamment en charge les suites Microsoft Office et Adobe.

C’est aussi dans ce logiciel que se font les réglages de sensibilité du capteur et de la molette, ou encore la configuration de la fonction Flow, pour notamment gérer les transitions entre les différents ordinateurs auxquels est reliée la souris.

En gagnant une molette MagSpeed particulièrement agréable à utiliser, la MX Anywhere 3 de Logitech affirme son statut de meilleure souris bureautique nomade. Meilleure ne veut néanmoins pas dire parfaite et quelques régressions sur le plan de la préhension et du silence de fonctionnement sont tout de même à signaler. De menus défauts qui n’entachent pas un bilan global très positif, mais peuvent décourager ceux qui attachent moins d’importance à la molette ou à la précision du capteur, notamment.

Quand il n’a pas un contrôleur de jeu à tester entre les mains, le chef de service Loisirs profite des grands espaces de sa campagne bretonne pour faire voler des drones et vider les batteries de vélos électriques.

Hâte de la testée, car je suis fan de la molette magspeed de sa grande sœur. Et ainsi de remplacer ma 2s très fatiguée.

J’ai un modèle 2S. Comme la plupart des produits Logitech, c’est une excellente souris… très onéreuse.

Le constructeur est suisse, mais le fabricant de la molette est bien français ! Cocorico !!! Elle est faite dans la vallée de l’Arve, bien connue pour ses activités de décolletage, de l’industrie automobile et aéronautique…

Moi je vais racheter quelques 2s avant qu’il y en ai plus.
La disparition des boutons latéraux pour moi est rédhibitoire.
C’est ce que j’utilise le + sur mes souris Logitech avec Copier à G et Coller à D.
Indispensable quand on est habitué. Tellement pratique !!!
Dommage. Les MX Anywhere sont les meilleures souris au quotidien que j’ai utilisé depuis les années 80…

Je ne comprends pas pourquoi il est si difficile pour Logitech de faire des souris silencieuses…
Pourtant ça existe depuis longtemps ces trucs. Je dois pas être le seul à être horripilé par les clics de souris quand même ?

La disparition de la fonction du bouton derrière la molette c’est bête car je m’en sers justement pour ” ouvrir dans un nouvel onglet” , j’avais justement pris cette souris pour cela alors que sur les autres elle ne sert que pour le choix du défilement rapide/cranté .

Source: https://www.lesnumeriques.com/souris/logitech-mx-anywhere-3-p59993/test.html

Logitech, Computer, Logitech MX Anywhere 2, Scroll wheel, Logitech MX Master 2S

World news – FR – Test Logitech MX Anywhere 3 : la magie de la molette MagSpeed dans une souris nomade

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here