Désormais placé sous l’aile de Logitech, le spécialiste des microphones Blue continue l’extension de sa gamme Yeti en profitant de sa percée spectaculaire dans le monde du streaming. Ainsi, après des versions classique, pro, nano et yeticaster, voici le Yeti X, un micro de table équipé d’une carte son, d’un bouton multifonction et d’un afficheur à LED pour le plus grand bonheur des streamers et des podcasters.

Dans la famille Yeti, le Blue Yeti X se place clairement en successeur du modèle original avec sa connectique exclusivement micro-USB. Ce modèle est donc au départ pensé pour être utilisé sur son pied, avec un branchement direct sur Mac, PC (et éventuellement sur PlayStation 4 où il fonctionne à merveille). Il est aussi possible de l’utiliser fixé à un pied micro grâce à son embase en 5/8è, laquelle aurait tout de même mérité un adaptateur 3/8è dans la boîte histoire d’élargir sa compatibilité immédiate. Cette embase située à l’arrière peut aussi servir de fixation sur une suspension absorbante, comme le modèle Radius 3 vendu par Blue.

Malgré sa forme et sa taille, le Yeti X n’est pas un modèle à large membrane mais un micro proposant pas moins de quatre capsules de 14 millimètres, décalées de 90° afin de proposer un large choix de directivités. En effet, il est possible grâce à un sélecteur à l’arrière de sélectionner son type de captation : cardioïde pour le streaming et l’enregistrement en solo, bidirectionnel avant-arrière pour les interviews, stéréo pour une ouverture plus large avec effet de spatialisation, et omnidirectionnel quand le micro est au centre d’un groupe. Et il faut avouer que le système est à la fois simple, pratique et efficace au niveau sonore puisque chaque mode respecte effectivement la directivité annoncée. Tout juste peut-on signaler quelques problème de phase/hors phase avec la directivité omni. Et il faut aussi faire attention à ne pas appuyer sur le bouton malencontreusement, l’affichage du mode sélectionné étant à l’arrière et non visible pour celui qui a le contrôle du volume.

Car à l’avant du micro se trouve la nouveauté de ce Yeti X : un bouton poussoir rotatif avec afficheur à 11 LED RGB pour le niveau, plus deux indicateurs pour la fonction en cours de modification. Pas forcément simple à utiliser lors de la première séance, ce système permet néanmoins à l’utilisateur aguerri de contrôler le volume du micro, d’en voir le niveau en temps réel comme de le muter d’un geste, mais aussi d’ajuster le ratio source/retour dans le casque et de régler le volume du casque. Et tout ça grâce à un judicieux système de couleurs, paramétrable à souhaits dans l’utilitaire Logitech G Hub, un logiciel nécessaire puisque le Yeti X cumule la fonction de microphone et de carte son. Il est en effet possible d’entendre dans le retour du casque le son direct capté par le micro, mais aussi n’importe quelle source envoyée depuis l’ordinateur, le tout avec une latence dérisoire.

Côté sonore, le Yeti X s’en sort très bien avec les voix qu’il met en valeur sans souffle additionnel, et peut facilement être utilisé dans la captation de bruits ambiants tant il est sensible, ou d’instruments de musique tant il est adaptable. Ca reste un cran en dessous de nos références à larges membranes pour la précision des graves, mais avec le choix de la directivité en plus. La distance joue aussi un rôle très important dans la quantité de graves/aigus enregistrés comme dans la dynamique obtenue, mais Blue fournit un large panel d’outil pour adapter le micro à diverses situations. Il nous a ainsi été possible d’enregistrer des voix particulièrement faibles ou fortes, proches ou lointaines, un groupe d’interlocuteurs particulièrement bruyant, ou encore de capter un duo de guitares acoustiques / électriques au volume parfois exagéré. Le micro encaisse et s’adapte pour peu qu’on le place à la bonne distance.

Pour chaque situation nous avons trouvé le réglage adéquate pour un résultat plus que satisfaisant … à condition aussi de comprendre les outils fournis par Blue. Gain, égaliseur, compresseur, dé-esseur, limiteur, peuvent en effet chacun être utilisés de façon “basique”, avec un simple fader pour signifier de l’importance de l’effet, mais c’est bien en entrant dans la configuration complexe de chaque module que l’on peut effectivement améliorer la captation … Ou au contraire tout gâcher si l’on fait n’importe quoi. En même temps, si vous voulez un résultat professionnel avec des outils professionnels, il faut passer par un minimum de connaissance et de compréhension de ce que vous faites avec le son.

Le Blue Yeti X est-il pour autant le micro parfait pour streamer ? Et bien presque. Grâce aux outils logiciels fournis et à son système de contrôle pratique, il permet effectivement de gérer avec précision chaque situation, en solo ou à plusieurs, et offre un comportement tout à fait adapté à l’enregistrement de la voix, comme à des sources plus diverses. Mais attention, si le micro est vraiment superbe avec ses nouvelles courbes, sa finition revue à la hausse, et qu’il rendra donc parfaitement à l’image en plus d’être vraiment stable, l’utilisation sur pied reste problématique quand le micro est posé sur le même support que le clavier ou qu’il partage sa table avec un objet vibrant (comme une console de jeu par exemple).

En effet, malgré la présence de joints en caoutchouc très efficaces pour créer un serrage volontairement “mou” du micro (ça ne bouge pas si on n’y touche pas mais c’est facile à repositionner si nécessaire), la transmission des vibrations à travers le pied reste très élevée et les outils logiciels sont incapables de faire disparaître les bruits qui en résultent. Les streamers et utilisateurs en recherche de qualité sonore maximale devront donc impérativement passer par la suspension absorbante vendue 75€, laquelle n’est malheureusement pas compatible avec le pied de table. Vous pourrez donc aussi ajouter une bonne centaine d’euros pour acheter le pied télescopique de la marque. Pour le reste, le Yeti X est à la fois efficace et pratique, parfaitement taillé pour l’utilisation qu’il vise et avec un tarif cohérent au vue de ses prestations. Nul doute qu’il fera le bonheur de nombreux streamers, podcasteurs et autres aficionados de l’enregistrement.

Baldur’s Gate 3 à 21€78 au lieu de 60€
Bleeding Edge à 5€80 au lieu de 30€ (Parfois soldé à -50%)
Cyberpunk 2077 à 22€54 au lieu de 60€
Dragon Ball FighterZ Season Pass 3 à 11€26 au lieu de 20€
Doom Eternal à 22€54 au lieu de 60€ (Parfois soldé à -50%)
Gears 5 à 8€17 au lieu de 40€ (Parfois soldé à -50%).
Gears Tactics à 12€23 au lieu de 70€ (Parfois soldé à -50%)
Halo The Master Chief Collection à 8€18 au lieu de 40€ (Parfois soldé à -20%)
Marvel’s Avengers à 22€50 à la place de 60€
Mortal Kombat 11 à 11€65 au lieu de 60€ (Le jeu est parfois soldé à -60%)
Ori and The Will of the Wisps à 5€79 au lieu de 30€ (Le jeu est parfois soldé à -25%)
Resident Evil 3 à 22€50 à la place de 60€ (Le jeu est parfois soldé à -50%)
State of Decay 2 Juggernaut Edition à 6€74 au lieu 30€ (Parfois soldé à -50%)
Vampire: The Masquerade Bloodlines 2 à 12€21 au lieu de 60€
Ace Combat 7 Skies Unknown à 22€50 au lieu de 60€ (Le jeu est parfois soldé à -67%)
Mount & Blade II: Bannerlord à 19€12 au lieu de 50€ (Le jeu est parfois soldé à -20%)
Temtem à 11€59 au lieu de 33€ (J’avais eu 10% de réduction supplémentaire pour la précommande)
Rage 2 à 22€50 au lieu de 60€ (Le jeu est parfois soldé à -80%)
Styx Shards of Darkness à 7€86 au lieu de 20€ (Parfois soldé à -70%)
Red Dead Redemption 2 à 28€13 au lieu de 60€ (Parfois en promo à -33% et -40% sur la version Ultimate)

Fear Complete Pack (Tous les jeux F.E.A.R et les dlcs) à 9€01 au lieu de 55€ (Il est parfois à – 75% il me semble)
Rosenkreuzstilette Freudenstachel à 3€36 au lieu de 14€ (Lors des promotions, il est à -60%)
Control Ultimate Edition à 14€39 au lieu de 32€ (Il est soldé en ce moment à -20% et le prix est déjà calculé en fonction de cette promo)
Fall Guys: Ultimate Knockout à 5€23 au lieu de 20€
Microsoft Flight Simulator à 49€03 au lieu de 70€
Sea of Thieves à 8€16 au lieu de 40€ (lors des promotions, il est à -30%)
Battletoads à 4€89 au lieu de 20€
EA Racing Pack à 33€ au lieu de 56€46 (Il y a une réduction de 70% en ce moment et le prix est déjà inclus)
Star Wars Squadrons à 28€13 au lieu de 40€

Pour un micro qui capte tout les bruits environnent sa fait mal au bijoux de famille

J’ai payé le mien 15 euro et malgré le fait qu’il sonne comme un casque de pilote ou comme un appel téléphonique depuis une station de radio, j’en suis satisfait

Une sacrée arnaque cette marque. Des micros à 60€ font au moins aussi bien.
C’est un peu le apple des micros.

Pour ce qui veulent savoir, pour ce qui est de la sensibilité, le Yeti et le Yeti X sont pareil…
Ca capte tout les bruits, absolument tout même en cardiode.

Pour 180€, autant prendre une table XLR USB (50-60€), et un vrai micro cardioïde.
Même les vieux micros cardioïde à 15€ en XLR sont meilleur, le seul hic c’est qu’il faut mettre le gain à fond mais ça capte énormément moins de bruits que les deux Yeti.

Le micro est-il aussi sensible que le modèle précédent qui capte tous les sons environnements dont le clavier, même quand on est en cardioïde?

J’ai un Blue Yeti depuis 7 ans. Alors oui c’est clean, la voix est bien retransmise, mais il vieillit mal dans un marché où les micros comme le Rode NT1 existe. Le Blue Yeti est tout simplement trop sensible pour une utilisation qui intéressera beaucoup: Discord, petit commentary…

Avec le temps j’ai acheté un pied de support RODE, excellent pour la mobilité et éviter d’entendre trop de bruits sourds avec le clavier et les vibrations. Mais le Blue Yeti reste assez sensible pour entendre le “hummmmm” de l’ordinateur à côté, par exemple. Un cheat code pour ceux qui ne veulent pas investir 300€ dans du matériel acoustique et qui n’a pas peur du ridicule, si vous voulez enregistrer un commentaire/voiceover, mettez une grande couette au dessus de vous, du casque et de votre écran. Ça enlève la majeure partie du bruit de fond, et il devient bien meilleur.

n achetez pas , trouver la directivité dont vous avez besoin (spoil : cardio) et basta

un vrai pied, un vrai suspension, ce sera mieux que ce micro couteau suisse mais médiocre

Pour ce qui veulent savoir, pour ce qui est de la sensibilité, le Yeti et le Yeti X sont pareil…
Ca capte tout les bruits, absolument tout même en cardiode.

Pour 180€, autant prendre une table XLR USB (50-60€), et un vrai micro cardioïde.
Même les vieux micros cardioïde à 15€ en XLR sont meilleur, le seul hic c’est qu’il faut mettre le gain à fond mais ça capte énormément moins de bruits que les deux Yeti.

jeuxvideo.com est édité par Webedia.
Copyright © 1997-2020 Webedia.
Tous droits réservés.

Source: https://www.jeuxvideo.com/news/1295234/test-du-micro-blue-yeti-x-elegance-et-efficacite.htm

Microphone, Blue Microphones, Logitech

World news РFR РTest du micro Blue Yeti X : El̩gance et efficacit̩

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

Previous articleJohn Romero says Doom Guy’s name is Doom Guy
Next articleOnePlus 8 and 8 Pro now receiving Android 11 updates
Georges MOMO
Georges MOMO est Ingénieur informatique ( Diplôme obtenu à 3IL Limoges France) Il début sa carrière par un stage de fin d'étude d'ingénieur à Toulouse sur un projet de AIRBUS Toulouse Blagnac, il enchaîne ensuite à Nantes où il travaille sur le projet de la migration documentaire de la BPCE. Son ambition le conduit ensuite à Paris où il travaille sur deux projets de la banque de France (Validation des titres de bourse émis sur le marché européen et la génération centralisée des documents) qu'il quitte quelques années plus tard occupant le poste de responsable technique. Passionné de l'information, il est actif sur le web et sur le terrain depuis les années 2000.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here