Quatre ans après la fin des aventures de Kiryu Kazuma dans Yakuza 6 : Song of Life (sorti il y a deux ans seulement par chez nous), un nouveau héros prend la relève du légendaire Dragon de Dojima dans une toute nouvelle direction pour la franchise, et autant dire que le pari est gagnant.

Mais Ichiban est un gentil couillon. C’est clairement ce qui le caractérise le mieux et le second tournant dans sa vie survient un nouveau jour de l’an, où le patriarche lui demande de prendre le blâme d’un de ses lieutenants qui a tué un homme, pour s’accuser et aller en prison à sa place (ça ne rappelle pas quelqu’un ?). Ichiban, un gentil couillon rappelons-le (et je ne me priverai pas de le rappeler encore), accepte de bonne grâce (!) et en prend donc pour dix-huit longues années de prison au total, à l’issue desquelles il compte bien retrouver son patriarche et reprendre la place qui lui revient au sein de la famille Arakawa, en tant que protégé dévoué qui a pris cher pour le bien de la famille. Nouvel échec. À sa sortie de prison, non seulement il se retrouve seul vu que personne n’est venu le chercher, mais en plus de cela la situation des clans de yakuzas à Kamurocho comme ailleurs a dramatiquement changé, et pas en bien.

En plus des combats au tour par tour, ce nouveau Yakuza prend le parti de proposer un système de jobs à la manière de ce que l’on trouve déjà dans de nombreux jeux de rôles (certains Dragon Quest comme quelques Final Fantasy). Ceux-ci se débloquent au fur et à mesure de l’évolution de chaque personnage et se démarquent forcément les uns des autres par les “aptitudes” – compétences d’attaques physiques ou magiques, soins, buffs/debuffs…, les armes associées et les gains en matière de points de vie, magie ou de caractéristiques. Les jobs de départ sont spécifiques à chaque personnage et le job de héros est associé à Ichiban (de façon logique, il n’y a qu’un seul héros dans un Dragon Quest voyons). Mais si l’envie vous en prend, il peut très bien être un chef cuistot, un garde du corps ou même un hôte de bar !

Une chose est sûre, l’humour qui est dans l’ADN de la série est toujours présent, que ce soit dans les ennemis rencontrés et les aptitudes comme déjà évoqué, mais aussi dans les dialogues des protagonistes et surtout entre les membres du petit groupe d’Ichiban. Le jeu offre un passage du mode “1 joueur” des précédents jeux (Judgment inclus) – même si on pouvait incarner plusieurs personnages séparément – à un groupe de personnages, dont l’unité dépasse le simple cadre des combats. On ne suit pas seulement le bon Ichi, mais aussi ses rapports avec toute sa petite troupe et l’amitié qui se renforce à mesure du scénario ; ce qui le différencie là encore des précédents épisodes qui avaient tous un côté “frères d’armes/rivaux” (entre Kiryu et Majima, Saejima etc.) ; là, on a vraiment l’impression d’une petite bande soudée d’amis d’infortune. Et franchement, ce changement fait du bien, avec Ichiban qui est aussi bien plus expressif qu’un Kiryu imperturbable dont l’expression préférée reste le froncement de sourcils. Ichiban rigole, Ichiban pleure, Ichiban est effrayé, Ichiban a l’air con : ce qui est certain, c’est qu’on ressent bien plus de proximité vis-à-vis de ce gentil couillon (j’avais dit que je le rappellerais) que de l’icône testostéronée Kiryu et les relations avec sa petite bande sont le point central de son panel d’émotions.

Il y a beaucoup à raconter, et surtout beaucoup à découvrir. L’histoire de fond d’Ichiban et de ses potes est bien plus sérieuse que celles partant en vrille des derniers Yakuza, et rebat considérablement les cartes au niveau de la géopolitique de la mafia japonaise. Rien que pour ça, le jeu est un succès et toute personne susceptible d’aimer le nouveau système découvrira un excellent jeu qui fera encore passer des dizaines d’heures pour un renouveau très réussi de la série.

Source: https://jv.jeuxonline.info/actualite/58744/test-yakuza-like-dragon-passage-flambeau

Yakuza, PlayStation 4, Xbox One, Sega

World news – FR – Test de Yakuza : Like a Dragon – Le passage de flambeau

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here