Pour refroidir la PlayStation 5, Sony a innové. Si, si. Il a même décidé de faire l’inverse de Microsoft. Alors que l’Américain a choisi un dispositif très moderne, directement issu du monde de la carte graphique (comme nous le verrons plus loin), le Japonais, lui, reste plus traditionnel sur la forme, mais pas sur le fond. Nous avons d’ailleurs sollicité Sony pour avoir plus d’informations à ce sujet mais le constructeur n’a pas pu répondre favorablement à nos demandes pour le moment.

Comme nous l’avons découvert dans la vidéo de démontage postée il y a quelques jours, le dispositif de refroidissement de la PlayStation 5 se compose d’un important réseau de tuyaux de cuivre. Et de plusieurs radiateurs à ailette, sans doute en alliage de cuivre et d’aluminium, tous montés sur une seule et même plaque de cuivre.

Le métal liquide incarne le futur – à moyen terme – de la pâte thermique (PT). C’est une solution très efficace, dont les performances s’altèrent moins avec le temps que la PT mais… qui est encore très chère à produire et qui est extrêmement exigeante en matière d’application et d’utilisation. Le métal liquide, comme son homologue solide, conduit l’électricité. Il suffit qu’une micro-goutelette s’échappe et entre en contact avec un composant pour que ce soit toute la plate-forme qui court-circuite.

La puce de Sony est donc emprisonnée dans un sarcophage en métal sans doute isolant, surmonté de mousse (isolante ?), et pouvant faire sûrement office d’éponge en cas de petite fuite.

Précaution supplémentaire, le milieu de la pièce de forme une cavité, dont les bords sont inclinés comme de petites digues. Le métal n’est pas aussi liquide que l’eau, sa consistance ressemble plus à celle de la gelée en général. Mais une gelée qui glisse bien. Ce qui explique la présence de l’ensemble de gardes-fous autour de la zone qui en est recouverte.

Selon l’ingénieur, Sony aurait mis deux ans à mettre au point cette interface thermique et de transmission de calories qui fait la jonction entre le sommet du circuit de la puce (le die) et la base de son gros radiateur. Un sacré laps de temps mais tout à fait nécessaire pour éviter toute déconvenue et soucis de stabilité comme nous l’évoquions plus haut. C’est aussi le temps sur lequel Sony a capitalisé pour décrocher le titre de premier fabricant de console à utiliser une telle méthode.

HP l’a aussi utilisé sur l’Omen X 2S, mais comme cela fait bien longtemps que la marque n’a pas remis ce procédé de dissipation en avant, on peut légitimement penser qu’à l’inverse d’Asus, il n’est pas arrivé à dompter cette matière.

Nous le mentionnions en introduction, Microsoft a choisi un modèle de dissipation pleinement hérité du monde PC pour la Xbox Series X. Sans doute est-ce parce que c’est un univers que les ingénieurs de Redmond connaissent bien. Et peut-être aussi parce qu’ils voient plus leur console comme un PC-dédié-au-jeu-qui-ne-dit-pas-son-nom que comme une simple console de salon.

À lire aussi – Exclusif : les six grandes promesses technologiques de la Xbox Series X expliquées par son concepteur

Dans la Series X, donc, le dissipateur ressemble fortement à une grosse chambre à vapeur, dense et compacte. Elle est en contact avec le haut de la puce de calcul AMD qui anime la console.

Bien entendu, entre les deux, il y doit y avoir une couche de pâte thermique qui sert à conduire les calories vers la base de la chambre. Comme entre un processeur de PC et son dissipateur. Mais Microsoft n’a pas communiqué sur ce point, peut-être le fera-t-il maintenant que Sony l’entreprend sur le champ de bataille technique pur et dur.

Texte du commentaire

Source: https://www.01net.com/actualites/playstation-5-l-utilisation-du-refroidissement-au-metal-liquide-devrait-doper-ses-performances-1988203.html

Sony PlayStation, Video game console, Sony Corporation

World news – FR – PlayStation 5 : l’utilisation du refroidissement au métal liquide devrait doper ses performances

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here