De nouvelles traces d’un isotope de fer ont été trouvées sur Terre, alors que cet élément n’y est pas présent naturellement. Des scientifiques parviennent à l’hypothèse que la Terre voyagerait dans les retombées d’anciennes supernovae.

Notre planète aurait voyagé à travers les retombées de supernovae voisines au cours des dernières 33 000 années. Des scientifiques expliquent comment ils sont arrivés à ce constat dans une étude publiée le 24 août 2020 dans la revue PNAS.

Les supernovae sont des étoiles massives arrivées en fin de vie, qui explosent et émettent alors momentanément un éclat plus intense. « Des explosions voisines de supernova façonnent le milieu interstellaire », soulignent les auteurs du texte, ajoutant que « le système solaire peut traverser des nuages locaux qui peuvent représenter des restes isolés d’explosions de supernovae ».

C’est en étudiant des sédiments en haute mer que les scientifiques ont constaté la présence de fer 60 (ou 60FE), un isotope de fer. Cet isotope radioactif se forme lors de l’explosion de certains types de supernova (à effondrement de cœur). « Parce qu’il n’est pas produit naturellement sur Terre, la présence de 60FE est un indicateur sensible des explosions de supernova au cours des derniers millions d’années, écrivent les auteurs. Le 60FE peut atteindre la Terre car il est piégé dans des grains de poussière interstellaire qui peuvent pénétrer dans le système solaire. »

Puisque le fer 60 se désintègre entièrement en 15 millions d’années, les chercheurs en déduisent qu’il s’est formé plus tard que la Terre, âgée de 4,6 milliards d’années, et qu’il a donc dû être apporté par une supernova (ou plusieurs supernovae) voisine. Le physicien nucléaire Anton Wallner de l’université nationale australienne qui signe cette étude avait déjà identifié, en 2016, des traces de cet isotope de fer datées d’il y a 2,6 millions d’années dans les océans.

Actuellement, le système solaire traverse ce que l’on appelle le Nuage interstellaire local (aussi dit Peluche locale). Ses origines sont mal comprises : pourrait-il être né d’une supernova ? Dans ce cas, on devrait s’attendre à observer une hausse du fer 60 au moment où le système solaire est entré dans le nuage, au cours des dernières 33 000 années. Mais les traces de fer 60 sont réparties sur toute la période. Cela ne semble donc pas correspondre avec la temporalité du système solaire dans le nuage.

Peut-être que le Nuage interstellaire local n’est pas un vestige de supernova, mais que sa présence coïncide avec celle de résidus de supernovae. « Le fer 60 pourrait provenir d’explosions de supernovae encore plus anciennes, et ce que nous mesurons est une sorte d’écho », résume Anton Wallner dans un communiqué. Pour le vérifier, il faudrait disposer de traces supplémentaires de fer 60, encore plus vieilles. Ainsi, les scientifiques pourraient enfin savoir si les traces de cet isotope ont été amenées par le Nuage interstellaire local, ou pas.

Crédit photo de la une : Wikimedia/CC/NASA/ESA and The Hubble Heritage Team (STScI/AURA) (photo recadrée)

Bien avant les dinosaures, un astéroïde fragmenté aurait favorisé un âge de glace sur Terre

Vos rêves sont encore plus liés à votre vie quotidienne que vous ne le pensez

Des bactéries pourraient survivre entre la Terre et Mars : un nouvel indice que la vie vient d’ailleurs ?

Starliner : qui sont les astronautes de la première mission opérationnelle de Boeing vers l’ISS ?

Réinfection au coronavirus : on ne peut pas tirer de conclusion d’un communiqué de presse

Et s’il y avait plus de planètes errantes que d’étoiles dans la Voie lactée ?

Sur Wikipédia en scots, un contributeur a écrit des dizaines de milliers de pages sans connaître la langue

Starliner : qui sont les astronautes de la première mission opérationnelle de Boeing vers l’ISS ?

Comment regarder Téléfoot pour suivre la Ligue 1, la Ligue 2 et la Ligue des Champions

Réinfection au coronavirus : on ne peut pas tirer de conclusion d’un communiqué de presse

Souvent les gens prennent leurs propres lacunes pour celles de la société qui les entoure, et cherchent à réformer ladite société parce qu’ils sont incapables de se réformer eux-mêmes.

Source: https://www.numerama.com/sciences/643855-notre-terre-voyagerait-a-travers-les-debris-danciennes-supernovae.html

World news – CA – Notre Terre voyagerait à travers les débris d’anciennes supernovae

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

Previous articleEnzyme prisons
Next articleNew or lapsed PS Plus members can save 25% off a 12-month subscription
Georges MOMO
Georges MOMO est Ingénieur informatique ( Diplôme obtenu à 3IL Limoges France) Il début sa carrière par un stage de fin d'étude d'ingénieur à Toulouse sur un projet de AIRBUS Toulouse Blagnac, il enchaîne ensuite à Nantes où il travaille sur le projet de la migration documentaire de la BPCE. Son ambition le conduit ensuite à Paris où il travaille sur deux projets de la banque de France (Validation des titres de bourse émis sur le marché européen et la génération centralisée des documents) qu'il quitte quelques années plus tard occupant le poste de responsable technique. Passionné de l'information, il est actif sur le web et sur le terrain depuis les années 2000.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here