Par

Kracou

( @Kracoukas)

,

le 29 octobre 2020 à 14h00

AMD a présenté hier ses nouvelles cartes graphiques RX 6000, et pour ceux qui espéraient un rebond du fabricant dans ce domaine, l’événement était de taille. Trois références « Big Navi » vont ainsi voir le jour entre novembre et décembre, pour tenter de faire de l’ombre à NVIDIA sur son terrain de prédilection : celui des hautes performances.

En septembre, à peine sa conférence sur les processeurs Ryzen 5000 terminée, AMD nous annonçait déjà sa prochaine échéance : le 28 octobre, pour la présentation de ses cartes graphiques Radeon 6000. Le 28, c’était hier, et la marque était comme prévu au rendez-vous, pour un événement virtuel qui a levé le voile sur trois nouveaux produits. Mais si les Radeon « Big Navi » ont révélé quelques-unes de leurs caractéristiques, elles ont aussi gardé une part de mystère, notamment sur les technologies qu’elles vont mettre en œuvre.

Mais commençons par la base : les spécifications. Sur 25 minutes de conférence, AMD a présenté les Radeon RX 6800, 6800 XT et 6900 XT, chacune ayant dans son viseur un produit chez la concurrence. Les premières ambitionnent ainsi de rivaliser avec les RTX 2080 Ti ou les RTX 3070, plus récentes et qui se situent dans le même périmètre de performances. Pour ce faire, elles pourront compter sur 60 Compute Units (les blocs fondamentaux dans l’architecture RDNA), 128 Mo de cache Infinity, 16 Go de mémoire GDDR6 associés à un bus 256 bits, et des fréquences GPU théoriques annoncées entre 1815 et 2105 MHz. Sur cette base, la seconde carte se voit octroyée un bonus de CU et de fréquence pour aller chercher la RTX 3080 (72 CU, GPU entre 2015 et 2250 MHz). Enfin, la RX 6900 XT et ses 80 CU vont avoir la lourde tâche de se confronter à la RTX 3090, reine de la nouvelle gamme NVIDIA.

De ses premiers chiffres, on peut déjà exprimer trois remarques : la première, c’est le souhait d’AMD de revenir enfin sur son concurrent, en présentant une gamme qui couvre l’intégralité du spectre des nouvelles RTX Ampere. Cela n’était plus arrivé depuis un long moment, et il convenait donc de le signaler. Nous verrons lors de la publication des tests de ses cartes, si les espoirs de la marque se concrétisent.

Second élément à noter : les valeurs de fréquences des GPU « Big Navi » connaissent un bond spectaculaire. Même si les valeurs Boost sont sans doute sujettes à variation, les valeurs Game (plus pragmatiques) restent élevées, surtout si l’on considère que le process de gravure n’a pas fondamentalement évolué (7 nm TSMC). La RX 6800 XT est ainsi donnée pour une fréquence Game de 2015 MHz. Un chiffre nettement supérieur au 1755 MHz de la précédente RX 5700 XT. On se souvient que NVIDIA avait marqué les esprits avec une avancée similaire entre ses puces Maxwell et Pascal, mais le fabricant avait alors pu profiter d’une finesse de gravure améliorée, en passant du 28 au 16 nm. Sans ce contexte favorable, il sera intéressant de voir quels leviers techniques ont permis à AMD d’opérer une telle progression.

Enfin, une dernière surprise concerne le système mémoire. D’instinct, on pourrait imaginer que les RX 6800 XT et 6900 XT vont être désavantagées par une bande passante inférieure à la concurrence, mais c’est l’inverse qu’AMD semble soutenir, avec comme argument les gains apportés par sa technologie Infinity Cache, venue tout droit de ses travaux sur les puces Ryzen. AMD n’a pas jugé bon de détailler son fonctionnement, mais dans l’esprit, il est facile d’imaginer un redimensionnement du cache, afin que celui-ci soit plus souvent sollicité, synonyme de gain de performances et d’économie de bande passante vers le niveau hiérarchique supérieur du système mémoire.

AMD met également en avant sa technologie Smart Access Memory : cette dernière s’appuierait sur une communication plus directe entre le processeur et la mémoire GDDR6 de la carte graphique, afin de favoriser les performances en jeu. Il faut bien sûr être équipé d’une puce Ryzen 5000, et d’une carte mère compatible pour en profiter (B550, X570 pour le moment). Même si les gains sont encore à explorer (au-delà de ce qu’AMD annonce), le principe d’une synergie plus grande entre processeur Ryzen et carte graphique Radeon est clairement un atout par rapport à la concurrence. Un atout d’autant plus fort que les produits Ryzen rencontrent de plus en plus la faveur des foules.

Tandis que NVIDIA a inauguré quelques nouveautés dans la conception de ses cartes graphiques (connecteur 12 broches, système de ventilation original), AMD semble avoir choisi de rester dans un registre classique : les trois cartes présentent ainsi deux connecteurs externes PCI-Express 8 broches, et 4 sorties sur le bracket arrière : 1 HDMI, 2 DisplayPort et 1 USB Type C. Côté refroidissement enfin, on trouve un large radiateur surmonté par 3 ventilateurs axiaux. Un design déjà vu 1000 fois, et qui ne devrait pas réserver de grosses surprises.

En parallèle, AMD a continué de défendre ses outils software : Radeon Boost (héritier de Radeon Anti-Lag), sa librairie Fidelity FX, ou son nouveau système d’overclocking « One-click » baptisé Rage Mode. Enfin, la marque a insisté sur son support toujours plus étendu des dernières fonctionnalités DX12 Ultimate : VRS, Mesh Shading, Direct Storage ou DX Ray Tracing.

A ce propos, il est bon de rappeler que le diable, dans ce type de conférence, se cache souvent dans ce qui n’est pas dit, et de ce point de vue, on peut s’interroger sur les performances en ray tracing des nouvelles cartes, qui n’ont pas du tout été mentionnées, ou sur l’absence d’une exploitation des principes d’IA. Clairement, ce seront des éléments de différenciation importants entre AMD et NVIDIA sur cette génération. Il y a encore quelques mois, on aurait pu considérer la technologie ray tracing comme secondaire, et la qualité du rendu DLSS discutable. Mais NVIDIA a fait d’énormes progrès sur ces deux domaines. Le DLSS 2.0 est aujourd’hui bluffant d’efficacité, que ce soit par sa qualité visuelle ou par les gains de frame rate qu’il autorise. Quant au ray tracing, son intégration au sein des dernières consoles de Sony et Microsoft va indéniablement accélérer son adoption. Un support matériel efficace de ce type de rendu risque donc très vite de devenir un atout majeur.

Quoi qu’il en soit, les performances brutes présentées par AMD semblent solides (même si on notera que les résultats présentés par AMD pour sa 6900XT ont bénéficié de quelques coups de pouce, avec Radeon Rage et Smart Access Memory activés). Quant à leurs tarifs, les RX 6800, 6800 XT et 6900XT sont respectivement annoncées à 579, 649 et 999 dollars (hors taxes), légèrement en dessous des tarifs de lancement de leurs concurrentes. Des chiffres qui n’ont cependant pas grande importance pour le moment, tant elles seront dépendantes des stocks disponibles, comme l’exemple du lancement des RTX 3000 nous l’a récemment montré. Les deux cartes les moins rapides seront disponibles en principe dès le 18 novembre, quand la reine de cette génération « Big Navi » touchera nos rayons quelques semaines plus tard, le 8 décembre.

79,90 €
pour 1 an

Journaliste bi-classé Kenshi comme il se définit lui-même, Kracou est passé par d’illustres rédactions très sérieuses avant de piger chez Gamekult. Avec carte blanche pour causer hardware, matos et prodiguer de bons conseils.

Le trailer du jour

AMD a présenté hier ses nouvelles cartes graphiques RX 6000, et pour ceux qui espéraient un rebond du fabricant dans ce domaine, l’événement était de taille. Trois références « Big Navi » vont ainsi voir le jour entre novembre et décembre, pour tenter de faire de l’ombre à NVIDIA sur son terrain de prédilection : celui des hautes performances.
En septembre, à peine sa conférence sur les processeurs Ryzen 5000 terminée, AMD nous annonçait déjà sa prochaine échéance : le 28 octobre, pour la présentation de ses cartes graphiques Radeon 6000. Le 28, c’était hier, et la marque était comme prévu au rendez-vous, pour un événement virtuel qui a levé le voile sur trois nouveaux produits. Mais si les Radeon…

C’est vrai qu’ils sont pas très bavards sur les features embarquées… Mais pour avoir des prix aussi « bas Â», c’est peut-être le prix à payer. On se concentre que sur le calcul brut, sans fioriture genre DLSS et autre joyeusetés. En attendant d’en savoir plus, je vais tâcher de résoudre mon souci avec Radeon Sofware qui me soutient que la version du soft ne concorde pas avec celle des drivers…

On découvre l’accès anticipé de Teardown, le jeu de braquage entièrement destructible.

Audi e-tron Challenge : brillez dans Gran Turismo pour participer à une véritable course 100% électrique au Paul Ricard !

Je ne suis pas intéressé, revenir au site

On ne va pas se mentir, vous ne lisez Gamekult gratuitement que parce que la publicité paye nos salaires à votre place. Et c’est OK, on aime bien l’argent.

Mais si vous souhaitez nous financer autrement et couper la totalité des pubs, soutenez la rédac’ via un abonnement (dès 2,5 euros par mois).

Si vous souhaitez laisser la publicité payer à votre place, laissez donc la publicité payer à votre place.

Je préfère afficher de la publicité, revenir au site

La rédac’ sélectionne en toute indépendance les promos les plus intéressantes repérées sur le net, peu importe la marque ou le commerçant. Cela vous permet d’acheter vos jeux moins chers et nous permet parfois de gagner quelques euros si vous trouvez la promo utile.

Nos abonnés qui ne souhaitent pas en être informés peuvent choisir de masquer ces promos à tout moment.

Je ne suis pas intéressé, revenir au site

Source: https://www.gamekult.com/actualite/radeon-big-navi-amd-signe-son-retour-sur-le-marche-des-gpu-haut-de-gamme-3050832993.html

Advanced Micro Devices, Radeon, NVIDIA, AMD, Video card, Ryzen

World news – FR – Matez mon matos – Radeon « Big Navi » : AMD signe son retour sur le marché des GPU haut de gamme

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here