11° /
14°

Toute la météo

Le réseau social souffle aujourd’hui ses 10 bougies. Dix années de photos au format carré, de filtres et d’influenceurs. Dix années qu’on vous propose de revivre en 10 dates clés.

Le 6 octobre 2010, la première version d’Instagram voit le jour sur iOS. L’idée, que l’on doit à Kevin Systrom et Mike Krieger, est conçue pour fonctionner parfaitement sur l’iPhone d’Apple, qui en est alors à sa quatrième version, l’iPhone 4. Instagram permet alors de publier des photos au format carré, dont la taille est dictée par l’écran du smartphone, à savoir 640 pixels. En plus d’une petite description, les utilisateurs peuvent également ajouter une géolocalisation, ainsi qu’un filtre. À l’époque, le réseau social en propose 11 : X-Pro II, Lomo-fi, Earlybird, Lily, Poprocket, Inkwell, Apollo, Nashville, Gotham, 1977 et Lord Kelvin. Et si leur qualité n’était pas au rendez-vous, ce n’est pas grave. Ces filtres peu subtils allaient très vite devenir une marque de fabrique. De quoi différencier au premier coup d’œil une simple photo d’une publication Instagram.

Au mois de juin, plus de 100 millions de photos ont été publiées sur le service. Neuf ans plus tard, ce nombre passera à plus de 50 milliards de publications partagées sur le réseau social.

Près de deux ans après sa création, soit le 3 avril 2012, Instagram débarque sur Android. L’application, très attendue par tous ceux qui ne possédaient pas un iPhone, est téléchargée plus d’un million de fois le jour de son lancement.

Mais 2012 marque surtout le rachat par Facebook, qui dépense 1 milliard de dollars (en liquide et en actions) pour mettre la main sur le réseau social. Et très vite, c’est le début des plusieurs changements douteux. L’une des premières décisions prises après le rachat est de se permettre d’exploiter commercialement les publications des utilisateurs. Un changement des conditions générales qui sera annulé quelques mois plus tard face aux nombreuses plaintes des utilisateurs.

Le réseau social supprime le compte de la photographe Petra Collins, après avoir publié une photo personnelle dévoilant quelques poils pubiens. Cela marque le début de la censure sur Instagram, qui à l’instar de Facebook, confond souvent pornographie et art.

En 2015, une photo de Rupi Kaur sera également supprimée. On y voyait l’artiste allongée sur son lit, une tache de sang menstruel sur son jogging et sur ses draps.

Preuve que la majorité de la censure exercée par Instagram concerne le corps de la femme. De manière générale, si les hommes peuvent apparaître torse nu sans aucun problème, les femmes sont limitées et doivent masquer leur poitrine. Un mouvement, baptisé “#FreetheNipple” (libérez le téton) verra d’ailleurs le jour pour tenter d’empêcher cette censure.

L’année des changements. D’abord visuels, avec un nouveau look plus aéré (la grille de profil passe de 5 photos par ligne à 3), mais surtout l’arrivée des photos au format paysage, qui met fin au règne des photos carrées. Les vidéos, introduites en 2013 sur l’application, passeront également au format paysage en 2015, pour une durée qui passera de 15 à 60 secondes maximum.

C’est au mois d’août que débarquent les Stories, un format clairement volé à Snapchat. Le principe est simple : un contenu vidéo ou photo éphémère, capturé à la verticale, sur lequel il est possible d’ajouter des filtres, du texte, de la musique ou des GIF.

Pour justifier la copie, Kevin Systrom déclarera au site The Verge qu’il y a “beaucoup de gens qui n’utilisent pas encore Snapchat dans le monde. Nous avons plus de 500 millions de personnes qui utilisent Instagram chaque mois, 300 millions au quotidien et plus de 80% d’entre eux sont en dehors des États-Unis. Je pense qu’il existe un marché géant pour des moments comme celui-ci, et je pense qu’Instagram peut être l’un des premiers à leur proposer.”

L’influence de Facebook est désormais clairement ancrée dans l’ADN d’Instagram. Plus on est gros, plus on peut se permettre “d’emprunter” des fonctionnalités aux concurrents.

L’application est victime d’un piratage qui touchera plusieurs millions d’utilisateurs. Les pirates parviendront à récupérer les numéros de téléphone et les adresses mail des utilisateurs, dont les informations du compte le plus suivi de l’époque, celui de la chanteuse Selena Gomez. Son compte sera utilisé pour y publier des photos nues de son ex, le chanteur Justin Bieber.

Un moteur de recherche payant verra même le jour, permettant à quiconque d’y trouver des informations privées au sujet des comptes piratés, pour 10 dollars par recherche.

Instagram dévoile IGTV, une application indépendante (mais liée à Instagram pour la connexion), basée uniquement sur le format vidéo. Afin de tenter de concurrence YouTube, IGTV permet de publier des vidéos allant de 15 à 60 minutes. Mais le succès ne sera pas au rendez-vous, du moins pas comme l’espéraient les dirigeants. Aujourd’hui, IGTV existe toujours, mais a également été intégré à l’application Instagram principale.

Enfin, 2018 marque également le départ des deux fondateurs, Kevin Systrom et Mike Krieger, depuis remplacés par Adam Mosseri.

Instagram masque le nombre de likes sous chaque publication afin de mettre fin aux concours de popularité malsains, dont l’impact négatif sur la santé mentale des utilisateurs a été prouvé. Désormais, l’utilisateur est le seul à être au courant du nombre de likes que sa publication a récolté, l’information étant masquée pour le reste de ses abonnés et de l’ensemble des utilisateurs.

Hellooooo, Reels ????Introducing a new way to create and discover short, entertaining videos on Instagram. Reels is rolling out today to more than 50 countries around the world. ????????????✨????????????https://t.co/RfXDhYawSF pic.twitter.com/FjSGSpSGpn

Après avoir copié Snapchat pour les stories, Instagram “s’inspire” du succès du moment, à savoir TikTok, et dévoile “Reels”. Le principe est exactement le même que sur l’application chinoise, à savoir un enchaînement de vidéos courtes, dont le contenu est souvent basé sur de la musique, des chorégraphies ou des tendances.

Une erreur inconnue est survenue.

Ce lien d’activation est expiré.

Source: https://www.rtbf.be/tendance/techno/detail_les-dix-dates-qui-ont-fait-le-succes-et-le-scandale-d-instagram?id=10601853

Instagram, Icon, Social network

World news – FR – Les dix dates qui ont fait le succès et le scandale d’Instagram

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here