Des scientifiques ont analysé plus de 250.000 images satellites pour évaluer comment les lacs glaciaires se développent en réponse aux changements climatiques et au recul des glaciers. Selon leur étude publiée dans « Nature », le nombre de lacs a augmenté de 53 % depuis 1990.

C’est un autre signe du dérèglement climatique qui vient d’être documenté par une vaste étude : l’augmentation spectaculaire de la taille et du nombre de lacs glaciaires. Les glaciers étant en recul en raison du réchauffement de la planète, leur fonte génère la création de lacs, menaçant des milliers de personnes d’inondations dévastatrices, relate cette nouvelle étude publiée lundi dans la revue « Nature ».

Les scientifiques ont analysé plus de 250.000 images satellites afin de cartographier les lacs glaciaires du monde entier et d’estimer leur évolution entre 1990 et 2018. L’équipe de recherche internationale – dirigée par l’université canadienne de Calgary – a utilisé pour cela des données satellitaires de la NASA et de Google Earth Engine.

Résultat, leur analyse montre que le nombre de lacs et leur superficie totale ont augmenté respectivement de 53 % et 51 % durant cette période. Selon leurs travaux, 14.394 lacs glaciaires s’étendent sur près de 9.000 kilomètres carrés de la surface de la planète.

Sur la base de ces chiffres, les chercheurs estiment que le volume des lacs glaciaires du monde a augmenté de 48 % au cours de cette période et contient désormais 156,5 kilomètres cubes d’eau. A titre de comparaison, la mer Méditerranée contient plus de 3 millions de kilomètres cubes d’eau.

« Cette recherche ajoute une nouvelle pièce importante au puzzle dans notre compréhension du rôle de la fonte des glaces dans le cycle mondial de l’eau, souligne dans un communiqué Richards Betts, responsable de la recherche sur les impacts climatiques à l’université d’Exeter et un des auteurs de l’étude. Il y a six ans, le 5e rapport d’évaluation du GIEC soulignait que les lacs glaciaires constituaient une lacune majeure dans les connaissances. En comblant cette lacune, nous améliorons nos connaissances sur la manière dont le changement climatique affecte les ressources en eau et l’élévation du niveau de la mer en entraînant le recul des glaciers ».

La carte ci-dessous montre la répartition de ces lacs à travers le monde. Les points indiquent leur emplacement et la couleur indique leur taille – du plus petit en bleu (environ 0,1 kilomètre carré, km2), au plus grand (environ 100 kilomètres carrés) en jaune.

Bien que les lacs glaciaires soient une source importante d’eau douce pour de nombreuses populations parmi les plus pauvres du monde, en particulier dans les Andes et dans des endroits comme le Bhoutan ou le Népal, ces lacs en expansion représentent une menace croissante. Des inondations massives pourraient démolir des villages, emporter des routes et détruire des infrastructures.

« De telles inondations de type lac glaciaire, ou GLOF, ont tué des dizaines de milliers de personnes au cours du siècle dernier et détruit des infrastructures précieuses, rapporte Stephan Harrison, spécialiste en sciences et vie de l’environnement à l’université d’Exeter. L’évaluation du comportement et de l’évolution des lacs glaciaires du monde nous aide à comprendre ces risques de catastrophes naturelles ».

Les lacs à la croissance la plus rapide, dont la superficie a plus que doublé au cours de la période, se trouvent en Scandinavie, en Islande et en Russie. Mais ceux-ci étant relativement petits, leur augmentation de volume n’est pas substantielle au niveau mondial. Ailleurs, comme en Patagonie et en Alaska, les lacs glaciaires ont augmenté plus lentement, mais la plupart des lacs de ces régions étant très vastes, l’augmentation absolue en volume d’eau est énorme.

Chaque jour, la rédaction des Echos répond à votre besoin d’une information fiable et vous aide à prendre les meilleures décisions.

Conservez une vision globale de la situation, en France et dans le monde. Décryptez les conséquences de la crise sur l’économie, les entreprises et les marchés. Eclairez votre réflexion avec des points de vue, des idées et des contributions de tous horizons.

Source: https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/le-rechauffement-climatique-change-les-glaciers-en-lacs-1239676

World news – FR – Le réchauffement climatique change les glaciers en lacs

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

Previous articleThe moon is ‘rusting’, scientists are stunned
Next articleThe moon is rusting, and Earth is to blame
Georges MOMO
Georges MOMO est Ingénieur informatique ( Diplôme obtenu à 3IL Limoges France) Il début sa carrière par un stage de fin d'étude d'ingénieur à Toulouse sur un projet de AIRBUS Toulouse Blagnac, il enchaîne ensuite à Nantes où il travaille sur le projet de la migration documentaire de la BPCE. Son ambition le conduit ensuite à Paris où il travaille sur deux projets de la banque de France (Validation des titres de bourse émis sur le marché européen et la génération centralisée des documents) qu'il quitte quelques années plus tard occupant le poste de responsable technique. Passionné de l'information, il est actif sur le web et sur le terrain depuis les années 2000.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here