(Washington) La Station spatiale internationale (ISS) a dû manœuvrer mardi pour éviter une possible collision avec un débris d’une ancienne fusée japonaise, la troisième manœuvre d’évitement cette année, a annoncé la NASA, qui réclame plus de moyens pour surveiller le nombre croissant d’objets en orbite terrestre.

Agence France-Presse

Le débris serait passé à 1,39 kilomètre de l’ISS, selon la NASA, mais il a été décidé d’élever l’orbite de la station par précaution. C’est une capsule cargo russe (Progress), amarrée à la station, qui a poussé l’ISS un peu plus haut en allumant ses propulseurs, pendant 2 minutes et demie, l’opération étant contrôlée en coopération entre les salles de contrôle russe et américaine.

Selon l’astronome Jonathan McDowell, l’objet menaçant était un débris provenant d’un étage d’une fusée japonaise lancée en 2018, et qui s’est désintégrée en 77 morceaux en février 2019.

Les membres d’équipage, deux Russes et un Américain, ont dû temporairement se placer dans la partie russe de l’ISS, afin de pouvoir évacuer en urgence avec la capsule Soyouz en cas de danger, ce qui n’a finalement pas été nécessaire (dans un premier communiqué, la NASA avait indiqué que les astronautes entreraient dans le vaisseau).

Selon le site de l’Agence spatiale européenne, l’ISS était à environ 421 km au-dessus des océans avant l’opération, et à 435 km après. Elle file à environ 27 500 km/h : à cette vitesse, même un petit objet peut gravement endommager voire détruire un panneau solaire ou un autre élément.

Ce type de manœuvre est régulièrement nécessaire, et devrait devenir plus fréquent avec la pollution croissante des environs de la Terre, par des débris d’anciennes fusées ou de satellites lancés depuis six décennies, et par les milliers de fragments créés par des collisions accidentelles ou délibérées, par exemple avec les envois de missiles anti-satellites par l’Inde en 2019 et la Chine en 2007.  

La station a dû procéder à des évitements 25 fois entre 1999 et 2018, selon la NASA.

« La Station spatiale a manœuvré trois fois en 2020 pour éviter des débris. Ces deux dernières semaines, il y a eu trois conjonctions potentielles à haut risque. Les débris empirent ! » a tweeté Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, qui réclame 15 millions de dollars au Congrès pour que le Bureau du commerce spatial, un service civil, prenne en charge la surveillance des objets spatiaux et coordonne les avertissements aux opérateurs de satellites privés en cas de risques de collision.

Un condensé d’actualités pour ne rien manquer, chaque matin dans votre courriel, du lundi au vendredi.

(Washington) La NASA a assuré lundi qu’elle tablait toujours sur le retour d’astronautes américains sur la Lune en 2024, publiant une estimation des financements requis pour tenir le calendrier : 28 milliards de dollars sur les cinq prochaines années, dont 16 milliards pour l’alunisseur.

La soirée des prix Ig Nobel, qui récompensent des études scientifiques « improbables », avait lieu jeudi. Une psychologue albertaine a remporté un prix pour une étude sur la détection du narcissisme par la taille des sourcils.

Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine

La foudre va-t-elle être plus fréquente avec le réchauffement de la planète ? Les études présentent des opinions diamétralement opposées sur le sujet. Au cœur du problème, l’énigme de la glace dans les nuages.

La COVID-19 augmente les risques d’accouchement prématuré chez les femmes enceintes, qui sont aussi plus souvent touchées gravement par l’infection, selon de nouvelles données dévoilées cette semaine par les Centres de contrôle des maladies (CDC) du gouvernement américain. Le risque est plus marqué que ce ne le montrait une méta-analyse britannique publiée précédemment.

(New York) L’un des spécimens de T-Rex les plus complets au monde va être mis aux enchères lors d’une vente organisée par Christie’s le 6 octobre à New York, et pourrait battre le record en la matière.

Les nuages de Vénus pourraient abriter la vie, selon des astronomes britanniques et américains. Cette hypothèse, dévoilée lundi matin dans la revue Nature Astronomy, a été proposée pour la première fois en 1967 par le célèbre astronome Carl Sagan.

Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine

On la craint dans les écoles. Mais une fois qu’on a commencé à l’écaler, il est dur d’arrêter. Et cinq des dix barres de chocolat les plus populaires en contiennent. Bienvenue dans le monde de la cacahuète, qui fait l’objet d’intenses recherches agronomiques.

(Montréal) Plus dans la tête que dans les hanches : le sens du rythme se trouve dans le cerveau, rapportent des chercheurs de l’Université McGill.

Des chercheurs de McGill contestent les études concluant que la pollution atmosphérique aggrave la COVID-19. Ils avancent que cela cache le scandale de la mortalité plus élevée dans les quartiers défavorisés. L’une des chercheuses ayant publié ces études liant pollution et gravité de la COVID-19 se défend.

Il n’y a jamais eu aussi peu de glace dans le détroit de Béring depuis 5500 ans, selon une nouvelle étude américaine. Les chercheurs veulent maintenant utiliser leur technique pour le reste de l’Arctique. Ils croient que le climat du Japon risque de se réchauffer.

Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine

Pour estimer quelles exoplanètes pourraient abriter la vie, les astronomes prennent généralement l’exemple de la Terre, avec ses ciels souvent bleus. La vie pourrait cependant exister sur des planètes à l’atmosphère constamment poussiéreuse, comme dans le roman Dune, qui sera bientôt porté à l’écran par Denis Villeneuve. Ce changement d’approche pourrait étendre la possibilité de trouver des zones habitables autour d’autres étoiles.

Une distribution rapide suscite à la fois enthousiasme et méfiance

Pourquoi certaines personnes souffrent de détresse respiratoire aigüe, alors que d’autres n’ont aucun symptôme ? Est-ce parce que leur système immunitaire est trop faible que les personnes âgées en meurent si souvent ? La réponse à cette question n’est pas simple, parce que le système immunitaire met en cause une grande variété de mécanismes qu’on peut séparer, en gros, en 3 lignes de défense.

Conditions d’utilisation|
Politique de confidentialité|
Registre de publicité électorale|
Code de conduite

Source: https://www.lapresse.ca/actualites/sciences/2020-09-22/la-station-spatiale-a-manoeuvre-pour-eviter-une-possible-collision-avec-un-debris.php

International Space Station, Reality television, Space debris, NASA, Space

World news – CA – La Station spatiale a manœuvré pour éviter une possible collision avec un débris

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here