Afin d’imposer son moteur de recherche sur les appareils Apple comme l’iPhone, Google paierait chaque année une addition salée. Entre 8 et 12 milliards de dollars, d’après le New York Times.

Google est dans le viseur du gouvernement américain. Lequel a déposé une plainte antitrust contre la firme de Mountain View, l’accusant de pratiques déloyales. Pour assurer son hégémonie dans le secteur des moteurs de recherche, elle aurait noué avec Apple un contrat très juteux pour la firme à la pomme. Comme le rapporte The New York Times, Google passerait à la caisse chaque année pour assurer son monopole sur les produits de la firme à la pomme comme l’iPhone 12 qui s’apprêterait à supplanter des records de vente.

Ainsi, la firme à la pomme recevrait une somme allant de 8 à 12 milliards de dollars. En contrepartie, elle imposerait Google comme moteur de recherche par défaut à ses utilisateurs sur Safari. Un moyen pour la firme créée par Larry Page et Sergey Brin d’assurer une grande partie de son audience. Il s’agirait en tout cas du plus gros paiement réalisé par Google chaque année.

A en croire les données du Département de la Justice des Etats-Unis, 50% des recherches effectuées sur Google proviennent d’un produit Apple. On comprend ainsi pourquoi le moteur de recherche met autant d’argent sur la table pour conserver ce monopole juteux. De son côté, Apple tire également son épingle du jeu grâce à ce partenariat entre deux firmes qui sont pourtant souvent présentées comme rivales.

Actuellement, le paiement de Google aurait une part pour le moins conséquente dans l’argent amassé par la firme de Cupertino chaque année. Dans le détail, on évoque des chiffres allant de 14 à 21% des bénéfices annuels d’Apple. Ce qui est évidemment loin d’être négligeable. En définitive, un tel accord permet à Google d’assurer un nombre d’utilisateurs considérable sur son moteur de recherche.

Plus les internautes transitent par Google et plus la firme gonfle ses revenus issus de la publicité. D’où la détermination de l’entreprise basée à Mountain View de stimuler son trafic par l’entremise des produits Apple. La firme à la pomme aurait d’ailleurs profité de cette situation pour renégocier à la hausse ce partenariat. Lequel apparaît ainsi comme une « union improbable de rivaux ». Quoi qu’il en soit, Google perdrait gros s’il était amené à ne plus pouvoir s’associer avec Apple. D’autant qu’il existe de nombreux moteurs de recherche alternatifs à Google.

A lire > iPhone, Android : grâce à l’UE, vous pourrez enfin supprimer les applications pré-installées

Source: https://www.papergeek.fr/google-jusqua-12-milliards-de-dollars-verses-a-apple-pour-etre-son-moteur-de-recherche-par-defaut-2425519

Google, Apple, Web search engine, iPhone

World news – FR – iPhone : Google verserait jusqu’à 12 milliards de dollars à Apple pour être le moteur de recherche par défaut d’iOS

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

Previous articleYoung people in the UK expect to retire before turning 64
Next articleThe Best Fast iPhone Chargers for 2020
Georges MOMO
Georges MOMO est Ingénieur informatique ( Diplôme obtenu à 3IL Limoges France) Il début sa carrière par un stage de fin d'étude d'ingénieur à Toulouse sur un projet de AIRBUS Toulouse Blagnac, il enchaîne ensuite à Nantes où il travaille sur le projet de la migration documentaire de la BPCE. Son ambition le conduit ensuite à Paris où il travaille sur deux projets de la banque de France (Validation des titres de bourse émis sur le marché européen et la génération centralisée des documents) qu'il quitte quelques années plus tard occupant le poste de responsable technique. Passionné de l'information, il est actif sur le web et sur le terrain depuis les années 2000.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here