Pablo Roussel, 18 ans, est le nouveau porteur des panneaux qui servent à présenter les toros au public. Après la mort de son prédécesseur Robert Barrachin à 71 ans en mai dernier, le jeune aficionado incarne la relève à Nîmes.

Il fait partie de ceux qui s’impatientent de retrouver des toros dans les arènes, sauf que cette fois, c’est en contrepiste qu’il aura la chance d’assister aux corridas. Pablo Roussel, 18 ans, a été choisi pour porter les panneaux indiquant les références de chaque toro sur la piste : poids, âge et élevage d’origine. 

Un panneau un peu lourd à porter pour ce jeune homme, au sens propre comme au figuré, puisqu’il s’apprête à marcher dans les pas d’un prédécesseur, Robert Barrachin, auquel le public s’était fortement attaché. Reconnu comme une figure de la tauromachie après plus de douze ans passés à tenir ce rôle dans les arènes, sa mort avait causé une grande émotion parmi les aficionados. 

C’est parmi les plus jeunes de ces derniers que la relève semble avoir été trouvée. À tout juste 18 ans, Pablo Roussel reprend le flambeau pour les cinq corridas prévues pendant la feria des Vendanges. Le jeune homme n’a connu que Robert Barrachin dans ce rôle depuis qu’il est en âge d’assister à des corridas :

“C’est une chance et un honneur pour moi, même si je suis content et en même temps un peu triste. Je penserai à lui et sa famille.” – Pablo Roussel 

Pablo Roussel est “un choix idéal pour représenter la jeunesse dans le monde de la tauromachie”, appuie Gilles Vangelisti, directeur général de Simon Casas Productions. 

Dans les arènes encore désertes, avant la première corrida, le jeune homme parcourt les gradins vides de son regard azur : ” Ça va quand même être très impressionnant. J’essaie de me représenter les 5.000 personnes Ça ne m’est jamais arrivé d’être regardé par autant de monde”. Une fierté mêlée d’appréhension colore son visage poupin. 

En quelques pas sur la piste, Pablo répète mentalement les gestes qu’il doit accomplir : “Quand ce sera l’heure, j’avance vers le centre, je fais deux fois un tour sur moi-même dans le sens des aiguilles d’une montre, puis je repars doucement. C’est simple !”

Le jeune aficionado n’échappe néanmoins pas au trac avant sa première entrée : “La pire des erreurs serait de faire tomber un panneau car ils sont quand même fragiles, et il faut faire attention au timing. Je suis un peu stressé et anxieux, mais je veux être concentré, pour me montrer à la hauteur de la confiance qu’on m’accorde.” 

Il assiste ensuite à toute la corrida derrière le burladero et mesure sa chance d’être au plus près de ces combats qui le fascinent : “Mes amis aficionados sont contents pour moi et un peu jaloux. Je vais penser à eux dans les gradins lors de mon entrée en piste.” 

Une fierté que Pablo veut partager avec son père, aficionado de longue date qui l’a très vite emmené aux arènes. Il sera présent en contrepiste aux côtés de son fils pour toutes les corridas. 

“Mon père a toujours espéré que l’un de ses quatre enfants prenne le relais et nourrisse cette passion comme un héritage.” – Pablo Roussel

Pari réussi. Son bac en poche depuis juillet, Pablo est inscrit cette année en BTS de vente, mais n’abandonne pas l’idée de pouvoir un jour trouver un travail en lien avec le monde de tauromachie : “Cela reste mon rêve”, dit-il. 

Aujourd’hui, c’est un travail non rémunéré qu’il s’apprête à accomplir dans les arènes, précise-t-il, mais “c’est une chance de pouvoir être en bas de la piste, cela n’a rien à voir avec ce que l’on ressent depuis les gradins”. 

Avec bien sûr, l’espoir de continuer : “Ce serait l’idéal, mais pour ça il faut que ça se passe bien. Si on me sollicite, Je suis prêt à me rendre disponible pour toutes les ferias, aussi longtemps que possible. Ça peut durer 50 ans si il le faut… s’il y a encore des corridas dans 50 ans. Mais je l’espère.”

INFOGRAPHIE – Coronavirus : plus de 10.500 nouveaux cas de contamination en 24 heures en France

“Venez au concert” : la Bam et les Trinitaires à Metz maintiennent une programmation cet automne

La Nouvelle éco : ce Rennais vous livre des produits locaux dans un rayon de 21 kilomètres

Source: https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/feria-des-vendanges-un-nouveau-visage-pour-porter-les-panneaux-pendant-la-corrida-1600326706

Spanish-style bullfighting, Nîmes, Feria des Vendanges, Bullring

World news – FR – Feria de Nîmes : un nouveau visage pour porter les panneaux pendant les corridas

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here