Could humans ever evolve venom? People are very unlikely to join rattlesnakes and platypuses among the ranks of poisonous animals, but new research reveals humans have the right toolkit to produce venom – in fact, all reptiles and mammals do.

This collection of flexible genes, particularly associated with the salivary glands in men, explains how venom evolved independently of non-venomous ancestors over 100 times in the animal kingdom

“Essentially, we have all the basics in place”, said Agneesh Barua, co-author of the study, doctoral student in evolutionary genetics at the Okinawa Institute of Science and Technology in Japan. “Now, it’s up to evolution to take us there”

Oral venom is common throughout the animal kingdom, present in creatures as diverse as spiders, slow snakes and lorises, the only known venomous species of primate Biologists knew that oral venom glands are modified salivary glands, but new research reveals molecular mechanics behind the change

“It will be a real milestone in the field”, said Bryan Fry, biochemist and venom expert at the University of Queensland in Australia who was not involved in the research. “They did an absolutely sensational job of some extremely complex studies”

Venom is the ultimate example of nature's flexibility Many toxins found in venom are common to very different animals; some components of centipede venom, for example, are also found in snake venom, said Ronald Jenner, venom researcher at the Natural History Museum in London who was not involved in the research.

New study doesn't focus on toxins themselves, car celles-ci évoluent rapidement et sont un mélange complexe de composés, a déclaré Barua à Live Science Au lieu de cela, Barua et le co-auteur de l’étude Alexander Mikheyev, un biologiste évolutionniste à l’Université nationale australienne qui se concentre sur les gènes «ménagers», les gènes qui sont associés au venin mais qui ne sont pas responsables de la création des toxines elles-mêmes. Ces gènes régulateurs forment la base de tout le système du venin

Les chercheurs ont commencé avec le génome du habu de Taiwan (Trimeresurus mucrosquamatus), une vipère brune bien étudiée, en partie parce que c’est une espèce envahissante à Okinawa

Puisque nous connaissons la fonction de tous les gènes présents chez l’animal, nous pourrions simplement voir à quels gènes les gènes du venin sont associés”, said Barua

L’équipe a découvert une constellation de gènes communs dans plusieurs tissus corporels de tous les amniotes (Les amniotes sont des animaux qui fécondent leurs œufs en interne ou pondent des œufs sur terre; ils comprennent les reptiles, les oiseaux et certains mammifères) Beaucoup de ces gènes sont impliqués dans le repliement des protéines, said Barua, ce qui est logique, car les animaux venimeux doivent fabriquer une grande quantité de toxines, qui sont constituées de protéines.

Un tissu comme celui-ci doit vraiment s’assurer que la protéine qu’il produit est de haute qualité”, did he declare.

Without surprise, les mêmes types de gènes régulateurs domestiques se trouvent en abondance dans la glande salivaire humaine, qui produit également un ragoût important de protéinesprésentes dans la saliveen grande quantité Cette base génétique est ce qui permet le large éventail de venins évolués indépendamment à travers le règne animal.

In other words, chaque mammifère ou reptile possède l’échafaudage génétique sur lequel est construit un système de venin oral Et les humains (avec les souris) produisent déjà une protéine clé utilisée dans de nombreux systèmes de venin Les kallikréines, qui sont des protéines qui digèrent d’autres protéines, sont sécrétées dans la salive; ils sont également un élément clé de nombreux venins C’est parce que les kallikréines sont des protéines très stables, a déclaré Fry, et qu’elles n’arrêtent pas simplement de fonctionner lorsqu’elles sont soumises à une mutation. So, il est facile d’obtenir des mutations bénéfiques des kallikréines qui rendent le venin plus douloureux et plus mortel (un effet des kallikréines est une chute brutale de la pression artérielle)

Ce n’est pas un hasard si la kallikréine est le type de composant le plus largement sécrété dans les venins du règne animal, car sous quelque forme que ce soit, c’est une enzyme très active et elle va commencer à faire des choses dérangeantes”, a déclaré Fry

Si après le drame de 2020, a plaisanté Barua, “les gens doivent être venimeux pour survivre, nous pourrions potentiellement commencer à voir des doses croissantes de kallikréines

Mais ce n’est pas si probablepas à moins que les stratégies actuellement fructueuses des humains pour acquérir de la nourriture et choisir des partenaires commencent à s’effondrer, de toute façon Le venin évolue le plus souvent comme une méthode de défense ou comme un moyen de maîtriser les proies, a déclaré Jenner à Live Science. Le type de venin qui évolue dépend en grande partie de la façon dont l’animal vit

L’évolution peut essentiellement adapter le venin aux besoins d’un animal via la sélection naturelle, a déclaré Fry. Il y a des serpents du désert, for example, qui ont un venin différent bien qu’ils soient de la même espèce, juste en raison de l’endroit où ils vivent, did he declare: sur le sol du désert, où les serpents chassent principalement des souris, le venin agit principalement sur le système circulatoire, car il n’est pas difficile pour un serpent de suivre une souris mourante sur une courte distance sur un sol plat Dans les montagnes rocheuses voisines, où les serpents chassent principalement des lézards, le venin est une neurotoxine puissante, because if the prey is not immediately immobilized, she can easily squeeze into a crevasse and disappear for good.

Some mammals have venom Vampire bats, who have toxic saliva that prevents blood clots, use their chemical weapon to feed on wounds more efficiently Poisonous shrews and shrew-like solenodons (small burrowing mammals) can exceed their weight class by using their venom to subdue prey larger than they could otherwise kill. Shrews also sometimes use their venom to paralyze their prey (usually insects and other invertebrates) pour les stocker et les grignoter plus tard. Meanwhile, les ornithorynques, qui n’ont pas de morsure venimeuse mais qui ont un éperon venimeux sur leurs pattes postérieures, utilisent principalement leur venin dans des combats avec d’autres ornithorynques sur des compagnons ou un territoire, a déclaré Jenner.

Les humains, of course, ont inventé des outils, des armes et des structures sociales qui font la plupart de ces travaux sans avoir besoin de crocs venimeux Et le venin coûte cher aussi, dit Fry Construire et plier toutes ces protéines demande de l’énergie Pour cette raison, le venin se perd facilement lorsqu’il n’est pas utilisé Il existe des espèces de serpents de mer, a déclaré Fry, qui ont des glandes à venin résiduelles mais qui ne sont plus venimeuses, car elles sont passées de se nourrir de poisson à se nourrir d’œufs de poisson, qui ne nécessitent pas de piqûre toxique.

La nouvelle recherche ne suscite peut-être pas beaucoup d’espoir pour de nouveaux superpuissances pour les humains, mais comprendre la génétique derrière le contrôle du venin pourrait être essentiel pour la médecine, a ajouté Fry. Si le cerveau d’un cobra commençait à exprimer les gènes exprimés par ses glandes à venin, le serpent mourrait immédiatement d’auto-toxicité Apprendre comment les gènes contrôlent l’expression dans différents tissus pourrait être utile pour comprendre des maladies telles que le cancer, qui provoque la maladie et la mort en grande partie parce que les tissus commencent à se développer de manière incontrôlable et à sécréter des produits dans des endroits du corps où ils ne devraient pas.

L’importance de cet article va au-delà de ce seul domaine d’étude, car il fournit une plate-forme de départ pour tous ces types de questions intéressantes”, a déclaré Fry

La recherche a été publiée en ligne lundi 29 mars dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences

Live Science is part of Future US Inc, a leading international media group and digital publisher Visit our corporate site

Serpent venimeux, serpent, venin de serpent, human

News – GB – Could humans ever be poisonous?
Associated title :
Toxic people could become a reality , according to a new study, scientists who research snake venom say
Mice and even humans could have the potential to become poisonous, according to new research
Personnalité toxique? Vous pourriez faire évoluer le venin pour aller avec ça
Pourquoi les souris ont le potentiel de devenir aussi venimeuses que une vipère
Une morsure de Une morsure de souris & a un potentiel venimeux, trouve une nouvelle étude
There& # 39; est une connexion ancienne entre notre salive et notre venin de serpent
Les humains pourraient-ils être venimeux?
Humans could become poisonous in the future, according to the study
Toxic people could become a reality! Les humains pourraient être sur une voie évolutive vers le développement de SALIVA venimeux
– <a href="/?s=Humans ' pourrait évoluer comme un serpent pour cracher du venin capacité à cracher du venin & # 39 ;, étude de bombe découvre

Source: https://www.livescience.com/could-humans-be-venomous.html

Building on its expertise in the areas of digital, technologies and processes , CSS Engineering you in your most ambitious transformation projects and helps you bring out new ideas, new offers, new modes of collaboration, new ways of producing and selling.

CSS Engineering is involved in projects each customer as if it were his own. We believe a consulting company should be more than an advisor. We put ourselves in the place of our customers, to align we incentives to their goals, and collaborate to unlock the full potential their business. This establishes deep relationships and enjoyable.

Our services:

  1. Create professional websites
  2. Hosting high performance and unlimited
  3. Sale and video surveillance cameras installation
  4. Sale and Installation of security system and alarm
  5. E-Marketing

All our achievements here https://www.css-engineering.com/en/works/