A few days ago, NASA speaks out on Artemis moon return program by making public its "plan". Sous réserve que son financement suive et qu’aucun accident industriel ou opérationnel ne se produise, la Nasa confirme pouvoir atterrir sur la Lune en 2024, conformément aux souhaits du président Donald Trump. Elle a réaffirmé sa volonté de se poser au pôle Sud de la Lune, despite undeniable technical difficulties, and to establish a sustainable base camp there.

[ON VIDEO] Apollo 11 : Neil Armstrong's first steps on the Moon in 4K The 21 July 1969 for Europeans and peoples living further east, the 20 July for Americans, two men trod the lunar soil. It was fifty years ago… Discover an improved version in 4K thanks to the AI ​​of this historic moment.

In a report made public, NASA has detailed its strategy for returning to the Moon, planned in 2024, who is to bring astronauts back to the lunar surface for the first time since 1972. Only four years from this deadline, most lights are green, despite budgetary and calendar constraints. All the contracts necessary for the architecture of the Artemis program and for the development of the technologies that will allow this return to the Moon have been signed..

Except for a major political change that could occur during the next presidential election scheduled for 3 November in the US or during Congressional votes on program funding, this time the Americans seem to be well on their way to settling permanently on the Moon. An unprecedented situation since the last Apollo lunar mission in 1972. You should know that if Joe Biden is elected president, il révisera les plans de la Nasa pour le retour sur la Lune des États-Unis en rallongeant les délais et limitera l’influence du secteur privé sur sa réalisation.

Avant d’envoyer deux astronautes sur la Lune, deux missions Artemis sont nécessaires. In 2021, une capsule Orion lancée par le SLS fera le voyage à vide autour de la Lune tandis qu’Artemis 2, prévue en 2023, réalisera un vol habité autour de la Lune. Une manœuvre non prévue initialement a été ajoutée au programme des deux astronautes à bord pour s’assurer de la maniabilité et de l’agilité de la capsule lors des opérations de rendez-vous en orbite.

In 2024, Artemis 3 signera le grand retour des Américains sur la Lune, including the first woman to set foot on lunar soil. NASA has not yet decided whether the crew will pass through the Gateway (the small space station located near the Moon) or dock directly to the manned landing system, provided by a private consortium, that NASA will choose among three Blue Origin lunar lander projects, SpaceX et Dynetics (with Thales Alenia Space). The stay on lunar soil is expected to last about a week. The suit of the astronauts will have nothing to do with that of the Apollo missions. It will allow increased freedom of movement and dexterity that should make their task easier..

After Artemis 3 in 2024, les États-Unis et leurs partenaires internationaux développeront une présence prolongée et stratégique au pôle Sud lunaire, avec le Camp de base Artemis. Les activités qui se dérouleront sur ce camp de base ouvriront la voie à des activités scientifiques et économiques, ainsi qu’à la préparation de la première mission humaine sur Mars dans les années 2030.

In 2023, la Nasa devrait utiliser un opérateur privé pour lancer les deux premiers éléments du Gateway, lors d’un même vol. Ces deux modules, le module de propulsion et de production d’énergie (PPE, Power Propulsion Element) et le module d’habitation Halo (Habitation and Logistics Outpost), seront en mesure de fonctionner de manière autonome, en menant des expériences scientifiques à distance lorsque les astronautes ne seront pas à bord.

Bien que la Nasa n’ait pas encore décidé si le Gateway sera utilisé lors d’Artemis 3, dès Artemis 4 elle sera utilisée lors de chaque mission Artemis. Deux des quatre membres d’équipage y séjourneront pendant que les deux autres descendront sur la Lune. Over time, l’avant-poste évoluera et s’agrandira avec de nouveaux modules dont ceux fournis par l’Agence spatiale européenne (Esprit et I-HAB), ce qui permettra de réaliser des missions habitées de plus en plus longues.

Quant au Camp de base Artemis, au fil des années, it will grow to become an autonomous energy base but will be dependent on the Earth for food, and most certainly also for drinking water consumption. In the plan made public by NASA, this base camp will have an unpressurized rover, a livable mobility platform, a lunar base housing module, in situ power systems and resource use units. Artemis Base Camp and Gateway will be used to prepare the first manned expeditions to Mars.

La Nasa, who plans to return to the moon as soon as 2024 by sending a crew of a woman and a man to the South Pole, could review his plans. His boss, Jim Bridenstine, raised the idea of ​​landing near one of the five Apollo mission sites. A statement that obviously does not call into question the long-term American plans for the colonization of the lunar south pole.

While current NASA plans call for the Artemis mission 3 land at the lunar south pole with a crew of two astronauts, Jim Bridenstine, the administrator of NASA, suggested that this first manned mission might not necessarily land at the South Pole.

The head of NASA made the statement during an online meeting of the NASA Lunar Exploration Coordination Group (LEAG) : "It might be advantageous to send a mission to the equatorial regions of the Moon, and why not near one of the five landing sites of the Apollo program ".

This statement obviously does not call into question NASA's long-term plans to set up a manned base at the South Pole.. This region of the moon has many advantages for accommodating humans. Some places benefit from almost permanent sunshine, which presents a considerable advantage in terms of energy production by means of solar panels. And others are home to many craters whose floors never see the light of day, potentially harboring thick deposits of ice several meters thick sometimes. The South Pole is also of great scientific interest but also economically strategic because of the exploitation of its resources.

Landing at the South Pole is a target set by Vice President Mike Pence in March 2019 at a meeting of the National Space Council, ordering NASA to advance to 2024, rather than 2028, his return to the moon. © Nasa

Jim Bridenstine’s idea defends itself. For the boss of NASA, a landing at the south pole is technically difficult and no human or robotic mission has ventured to land on one of the two poles of the moon. However, several commercial robotic missions, carried out under the CLPS program (Commercial Lunar Payload Services) from NASA, should land there before Artemis 3. This feedback, as informative as it is, will not be enough to decide where Artemis will land. Before deciding, la Nasa, which will use a private landing system to transport its crews between lunar orbit and the surface of the moon, also needs to see what the capabilities of these landers will be and where they will actually be able to go.

For the boss of NASA, si « nous décidons que le pôle sud pourrait être hors de portée pour Artemis 3, je ne dis pas que c’est le cas ou non, alors un atterrissage près d’un site Apollo pourrait être une option ». Et d’ajouter « qu’aucune décision n’avait été prise pour le moment. Nous continuons à identifier les sites d’atterrissage des premières missions Artemis, en lien avec la communauté scientifique ».

However, la possibilité que la mission Artemis 3 n’atterrisse pas dans la région polaire sud de la Lune a suscité la curiosité des scientifiques participant à la réunion. Un changement de région du site d’atterrissage (pôle sud vs régions équatoriales) would affect the science that could be done when Artemis 3 and therefore the preparation of the mission. The research activities envisaged, especially those related to the use of lunar resources, could be questioned.

Finally, NASA has no more certainties for Artemis 4, the second manned mission of the program. As she plans to build an Artemis base camp, from which a permanent base could emerge, she has not made a decision as to whether Artemis 4 would go to the same place as Artemis 3.

NASA releases roadmap for US settlement at lunar south pole. Cette future base ouvrira la voie à une activité scientifique et économique inédite. Elle servira également à tester et à préparer la première mission humaine à destination de Mars prévue dans la décennie 2030.

Le programme Artemis, signant le retour de la Nasa sur la Lune, n’est qu’une étape. Alors que les Américains se préparent à envoyer un équipage dès 2024, la Nasa prépare également les étapes suivantes qui amèneront les États-Unis jusqu’à Mars. À la différence des missions Apollo, qui se sont contentées de courts séjours scientifiques et de démonstrations technologiques, Artemis is part of a larger strategy to extend the geostrategic and economic sphere of influence of the United States to the moon..

Sources of New Scientific Advances in the History of the Solar System and the Earth, let's not forget that the Moon was born from the collision between the Earth and an object the size of Mars, the moon is a window to the past. If the potential for significant scientific discoveries and breakthroughs is still quite limited, given the state of our knowledge, the Moon is nevertheless a favorable ground for doing science, especially on the hidden side, particularly conducive to listening to the radio waves of the Universe, safe from radio pollution of the earth.

The Moon is also seen as an economic growth driver that could become important. The traditional spinoffs and technological transfers that will result from the creation of infrastructures and lunar systems for living, work and travel safely on the moon, the private sector is about to open new markets. Beyond pioneering freight delivery services, scientific instruments and demonstrators of all kinds, carried out under the Commercial Lunar Payload Services program (CLPS) from NASA, le secteur privé s’intéresse à la Lune pour y développer des services de transports de marchandises et de personnes au profit des agences spatiales, organiser des activités touristiques et exploiter commercialement les ressources in situ de la Lune.

Au pôle sud de la Lune, la Nasa étudie plusieurs sites pour implanter le camp de base des missions Artemis. © Nasa

Without surprise, le camp de base Artemis sera installé au pôle sud, une région où l’on est certain de trouver à la fois les ressources pour s’installer durablement (eau, énergie) et des ressources à exploiter. Cette région présente également de très forts taux d’ensoleillement avec, à certains endroits, des périodes d’ensoleillement continu de 200 days.

Cette feuille de route détaille les différentes étapes pour doter le camp de base Artemis, year after year, d’une importante infrastructure ; celle-ci a pour objectif de donner l’autonomie nécessaire à la présence humaine permanente et préparer l’étape martienne, et l’expansion dans l’espace lointain. Today, la Nasa n’est évidemment pas prête pour une mission habitée à destination de Mars. Elle compte sur la Lune pour s’y préparer : c’est le meilleur endroit pour tester différentes technologies nécessaires à des installations plus lointaines, comme sur Mars, telles que les systèmes spatiaux et les différentes opérations en prévision de la première mission humaine à destination de Mars.

La Nasa a identifié plusieurs besoins dont des rovers non pressurisés analogues au rover lunaire utilisé lors des dernières missions Apollo, des rovers pressurisés capables d’effectuer des expéditions d’une durée maximale de 45 jours et d’un module habitable pouvant accueillir quatre personnes. Quant à la future station lunaire internationale à proximité de la Lune, la Nasa envisage d’ajouter un module d’habitation à grand volume. Cette station et le camp de base Artemis seront utilisés pour simuler une expédition sur Mars. Dans ce scénario, un équipage de quatre personnes se rendrait à la passerelle et y resterait pendant plusieurs mois, imitant le voyage vers Mars. Deux astronautes séjourneront ensuite sur la Lune pour feindre une expédition martienne tandis que les deux autres resteront à bord de la station, en soutien. À la fin du séjour au sol, prévu pour durer de 30 at 45 days, les deux astronautes retourneront à bord du Gateway et simuleront le voyage du retour vers la Terre.

Pour atteindre l’objectif du président Donald Trump de faire atterrir des astronautes sur la Lune dès 2024, puis sur Mars lors de la décennie suivante, le prochain budget de la Nasa est annoncé comme un des plus importants de ces dernières décennies. More, si ce budget doit conforter le leadership des États-Unis dans l’espace, notamment dans le domaine de l’exploration habitée et des sciences spatiales, he plans to abandon some missions.

Like every year, the White House's budget proposal for NASA is eagerly awaited as it reflects national space policy priorities. And this year, based on NASA's budget estimates and needs, the Trump administration presented a budget of 25,2 billion dollars for the year 2021, up over 2,5 billion dollars compared to the previous budget.

This budget is one of the largest since the Apollo era. Highlights Trump Administration's Will to Reach the Moon and Mars on Time. Or, as recently stated by James Morhard, l’administrateur adjoint de la Nasa nommé par Donald Trump en juillet 2018, il en coûterait quelque 35 milliards de dollars aux États-Unis pour retourner sur la Lune dès 2024, nécessitant des augmentations régulières sur cinq ans pour atteindre l’objectif du président américain de faire atterrir des astronautes sur la Lune dès 2024.

Sans surprise donc, le programme Artemis de retour sur la Lune est le grand bénéficiaire de ce budget et tous les projets entrants dans ce programme obtiennent les financements nécessaires. Cela comprend le développement d’un système d’atterrissage lunaire humain, les éléments initiaux de l’avant-poste lunaire LOP-G qui servira de point de départ pour l’exploration de la Lune puis de Mars et tous les équipements nécessaires pour vivre et travailler en sécurité sur la Lune qu’il serait trop long de détailler.

Le budget présidentiel fait également la part belle à l’exploration robotique et humaine de Mars en allouant près de 530 millions de dollars à de futures missions à destination de Mars telles que le retour d’échantillons martiens et une mission de cartographie des dépôts de glace d’eau à la surface de la planète qui pourraient être utilisés par de futures missions humaines.

Vue d’artiste de la future station spatiale lunaire Gateway. Cet avant-poste de l’exploration humaine est un projet international dirigé par la Nasa, dont le premier élément sera lancé d’ici quelques années avec comme objectif une mise en service partielle d’ici 2024-2025. © Nasa

Dans le domaine des missions planétaires, ce budget confirme toutes les missions d’explorations robotiques à destination de la Lune, d’astéroïdes, de Titan et d’Europe (Jupiter) déjà engagées. Sont également confirmées les missions SphereX, pour explorer les origines de l’univers et de la vie, Gusto, qui prévoit d’étudier la matière présente dans le milieu interstellaire et IXPE l’étude des trous noirs. Quant à l’observatoire James-Webb, son lancement est toujours prévu en mars 2021. More, avec une ligne de crédit supplémentaire de 415 millions of dollars, le budget total de ce programme approche les 10 billions of dollars !

Finally, l’administration Trump souhaite annuler quelques programmes scientifiques et éducatifs, dont des missions d’observation de la Terre telles que CLARREO Pathfinder (spectromètre à rayonnement solaire sur l’ISS) et PACE Earth Science (étude du phytoplancton). Malgré le peu d’intérêt de Donald Trump pour l’observation de la Terre, il alloue tout de même un budget de 1,78 milliard de dollars au programme d’observation de la Terre et confirme tous les autres projets à un stade de développement avancé. On notera que la Maison Blanche demande une nouvelle fois l’abandon de WFIRST, qui doit succéder à James-Webb. L’observatoire aéroporté Sofia est lui aussi sur la sellette pour cause de retour scientifique jugé insuffisant.

Ce budget qui, remember it, n’est en l’état qu’une « requête présidentielle » dans le jargon américain, va maintenant suivre un parcours législatif codifié avant qu’il ne soit définitivement adopté le 30 September 2020, après que le Congrès réuni en séance plénière (Chambre et Sénat) l’agrée. Entre-temps, la Chambre et le Sénat auront eu la possibilité de l’adapter ou le modifier si nécessaire.

C’est une approbation massive que vient de donner la Chambre des Représentants à la nouvelle politique spatiale américaine Vision for Space Exploration.

Toutes les demandes concernant le financement de la NASA et de l’exploration de la Lune et de Mars faites par le Président Bush ont reçu un feu vert. Le vote par 418 voix contre 7 du Science, State, Justice, Commerce, and Related Agencies Appropriations Act de 2006 attribue donc comme prévu à l’agence spatiale un budget en hausse de 2,4% par rapport à l’exercice précédent, is 16,5 milliards de dollars en tout.

Les programmes d’exploration du système solaire et de la navette spatiale sont les mieux lotis avec respectivement 3,1 and 4,53 billions of dollars. Les montants alloués à l’aéronautique et la recherche (hors exploration) restent inchangés, à hauteur de 906 millions of dollars and 5,51 billions of dollars.

Quant aux autres institutions scientifiques, l’évolution de leurs budgets reste plus mitigée : + 0,5% pour les National Institutes of Health (NIH), – 0,4% pour le budget de la recherche du Department of Energy (DOE), + 2,3% pour les activités de recherche et développement (R&D) de la National Science Foundation (NSF) and + 1,3% pour la R&D du Department of Homeland Security (DHS).

It's in : 50 ans après Apollo, un budget pour reconquérir la Lune et au-delà

Source: https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-nasa-confirme-quelle-posera-lune-2024-6645/

Moon, NASA, Space

World news – FR – NASA confirms it will land on the Moon in 2024

Building on its expertise in the areas of digital, technologies and processes , CSS Engineering you in your most ambitious transformation projects and helps you bring out new ideas, new offers, new modes of collaboration, new ways of producing and selling.

CSS Engineering is involved in projects each customer as if it were his own. We believe a consulting company should be more than an advisor. We put ourselves in the place of our customers, to align we incentives to their goals, and collaborate to unlock the full potential their business. This establishes deep relationships and enjoyable.

Our services:

  1. Create professional websites
  2. Hosting high performance and unlimited
  3. Sale and video surveillance cameras installation
  4. Sale and Installation of security system and alarm
  5. E-Marketing

All our achievements here https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here