A few months ago exploded what one would very quickly call the Ubisoft affair : several company executives, and not the least, sont accusés de harcèlements ou d’agressions sexuelles. Certains faits extrêmement graves sont reportés. Maxime Beland, vice président du groupe, Serge Hascoët, chief creative officer, Yannis Mallat, directeur des studios canadiens de la firme, ainsi que Tommy François, responsable d’Edition, sont écartés de la société. Cécile Cornet, alors directrice des Ressources humaines, quitte à son tour le groupe, soupçonnée d’avoir en quelque sorte « couvert » plusieurs des cadres visés par ces lourdes accusations. Few weeks later, Ashraf Ismail, Directeur Créatif d’Assassin’s Creed, rejoint la liste des bannis, à priori pour des infidélités rendues publiques, mais Ubisoft se débarrassera de la patate chaude en invoquant une histoire assez tarabiscotée d’« emprise » sexuelle sur une fan énamourée. Le jeu vidéo tient enfin son « Meetoo », et l’on se dit qu’un abcès va pouvoir être crevé, surtout qu’un nom majeur est évoqué du bout des lèvres, celui d’un géant du jeu vidéo à la Française : Michel Ancel, père de Rayman et de Beyond Good & Evil, serait lui aussi impliqué dans l’« affaire Ubisoft », mais bénéficierait d’un « totem d’immunité » fourni par la direction d’Ubisoft.

Cette rumeur tenace se transforme presque en « teaser » d’un épisode 2 de l’affaire, comme son ultime drama. Alors que les bruits de couloir s’intensifient, Libération publie l’article « qui dit tout », comme s’il s’agissait de dévoiler le Watergate du jeu vidéo : Michel Ancel, le gars tellement sympa en interview, serait en fait un véritable tyran inconséquent avec ses collègues de travail. Nommé directeur artistique et de projet sur Wild et Beyond Good & Evil 2, Ancel changerait d’avis comme de chemise, n’hésitant pas à remettre en cause des semaines voire des mois de travail d’une simple phrase assassine (comme le Ganesh City de BGE 2, refait à 5 reprises). Even worse, le Chevalier des Arts et des Lettres serait incapable de fournir une direction claire aux projets dont il a la charge. Cette ambiance délétère aurait poussé plusieurs salariés vers la sortie, épuisés par les volte face du créatif. For some people, c’est le burnout, voire la dépression. Les témoignages sont étayés, numerous, et forcément implacables. L’enquête de Libé dresse le portrait d’un Michel Ancel chaotique, incapable de manager ou d’organiser un projet de l’envergure d’un BGE 2, et surtout manquant de la moindre empathie face aux difficultés de ses équipes.

Une autre impression subsiste aussi après lecture, comme un certain malaise : rien dans ce qui est rapporté ne semble relever du harcèlement dans son acception pénale, tout au plus d’une forme de management particulièrement toxique. Rien non plus ne concerne des délits sexuels, ces délits supposés qui sont pourtant au coeur de l’affaire Ubisoft. Pourquoi alors ces quelques allusions à la grande affaire « Meetoo » du jeu vidéo, la grande affaire Ubisoft, alors que les comportements décrits, bien que toxiques, n’ont absolument rien à voir avec ce qui a motivé le scandale d’il y a quelques mois ? Le rapprochement entre les deux affaires est ici d’autant plus sordide que l’article est publié quelques jours après que Michel Ancel ait annoncé sa retraite anticipée, comme si ce dernier avait « fui » avant que l’orage n’éclate. Tout concourt donc à faire de ces « révélations » un nouveau « drama », comme un point d’orgue à l’affaire Ubisoft, le Meetoo du jeu vidéo.

On se dit alors que si l’affaire Michel Ancel est grave à ce point, on devrait facilement trouver d’autres articles sur d’autres directeurs de projets jugés plus ou moins problématiques. After all, Neil Druckman, l’accoucheur de The Last of Us 2, a lui aussi été pointé du doigt pour ses techniques managériales à la dure, les « crunchs » impitoyables imposés aux équipes de devs, au point qu’une bonne partie du studio Naughty Dogs aurait préféré prendre la porte, remplacé par du sang frais et plus malléable. D’autres accusations de crunch ont aussi un temps visé Rockstar, le studio à l’origine des GTA. Mais non, mis à part un article général sur le crunch dans le JV, on ne trouvera pas un autre grand nom du secteur cloué au pilori pour ses mauvaises pratiques managériales. Et a vrai dire, si l’on devait faire un article sur chaque patron, petit chef ou directeur de projet médiocre et toxique d’une grande boîte (surtout dans le JV d’ailleurs), on pourrait sans doute en faire un bottin de news chaque semaine. Le sujet ne semble donc pas passionner particulièrement Libé, mais une exception est faite pour Ancel. Why ?

Bonjour Erwan, Marius, j’ai composé la musique de BGE1, Rayman Origin’s, Rayman Legend, actuellement celle de Wild et celle de BGE2. Etrange que mon point de vue ne compte pas pour une Enquête sur Michel Ancel…

Ce manque de substance « pénalement répréhensible » pourrait aussi expliquer pourquoi Libé semble forcer le trait : outre le ton accusatoire, on remarque l’absence de tout contradictoire, and especially, le cherry-picking évident dans l’enregistrement des témoignages, ainsi que le fait d’ailleurs remarquer Christophe Heral, compositeur de la musique de BGE1, Rayman Origin’s, Rayman Legend, Wild ou BGE2, et surtout collaborateur proche de Michel Ancel. Ce dernier affirme ne pas avoir été contacté par les journalistes de Libé, qui n’ont pas cru bon aussi d’attendre les conclusions de l’enquête interne menée par Ubisoft, comme s’il était tout de même un peu plus « vendeur » de publier à tout prix l’article dans la foulée du départ d’Ancel.

Finally, la proximitĂ© avec l’affaire des dĂ©lits sexuels chez Ubi et le traitement Ă  charge de l’article donnent le sentiment que LibĂ© s’est ici payĂ© le scalp d’un gĂ©ant du jeu vidĂ©o en s’adossant sur un scandale d’une toute autre gravitĂ©, et sans aucune considĂ©ration pour les dĂ©gâts que ce rapprochement (cet amalgame devrait-on dire) pourrait causer au principal concernĂ©. A l’époque des mobs et du harcèlement en ligne massif, on dĂ©cèle dans cette façon de faire, Ă  tout le moins, comme un certain manquement d’éthique. Sans l’affaire des scandales sexuels chez Ubi, l’ »affaire Ancel » aurait-elle VRAIMENT mĂ©ritĂ©e un article aussi long et dĂ©taillĂ© ? Dans l’un de ses derniers messages Instagram, Michel Ancel, visiblement touchĂ©, remarquait que chaque information est dĂ©sormais traitĂ©e comme « un produit »; un produit toxique ?

Mouais on est surtout dans une entreprise (Ubisoft) avec des employés qui ont l’habitude depuis des années de se toucher avec des suites sans évolution (assassins créés pour ne citer que lui) et qui du coup ne supportent surtout pas de devoir donner de leur personne. Ancel il va dans le dur il veut de la qualité et ça demande effectivement plus de travail que de changer le skin d’un jeu. Mais bon les français on connaît des qu’il faut bosser y’a plus grand monde. Tout ça pour dire qu’il faut arrêter de diaboliser et voir à quel point son équipe était une bande de gland.

Le management particulierement toxique ca s’appelle du harcèlement moral.Celui qui dit le contraire n’en a jamais subi.

Pas forcément justement. Un comportement peut être toxique sans être illégal. Demander à refaire un gros bout de code sans se soucier du travail que cela va demander au salarié, c’est toxique, mais cela n’a rien d’illégal. Les patrons et chefs trop durs ou manquant d’empathie sont légion dans les entreprises. Et pourtant rien de ce qu’ils font n’est illégal. Un mauvais manager est par définition toujours toxique, mais il l’est (toxic) parce qu’il est mauvais et ne sait pas organiser le travail, pas parce que son comportement constituerait en soi un délit. Finally, j’ai déjà eu à subir les deux en entreprise, soit du véritable harcèlement moral et un management trop dur et insensible. Les deux ne sont clairement pas identiques, pas forcément en tout cas.

Au vu des productions Ubisoft j’ai du mal à entendre que les français faint de la merde Parceque fainéants !!! Si harcèlement il y a jugement il y aura point. Regardez les USA et la pléthore de procès concernant le harcèlent… donc Ubisoft n’est pas une entreprise isolée ou plus touchée dans ce type d’affaires. Les créateurs français sont d’ailleurs très cotés à l’internationale il faudrait être aveugle pour ne pas le voir.

Some rules to respect :

1. Stay in the topic of the article
2. Respect other readers: no aggressive messages, vulgar, hateful,…
3. Proofread before submitting a comment : no SMS language, and check the spelling before confirming (browsers highlight faults).
4. In case of error, spelling mistake, and / or omission in the article , please contact us via the Contact page.

We reserve the right to remove comments that violate these rules.

Source: https://kulturegeek.fr/news-207237/coup-gueule-laffaire-ubisoft-laffaire-michel-ancel-certain-manque-dethique

Michel Ancel, Beyond Good and Evil 2, Ubisoft Montpellier, Rayman, Yves Guillemot

World news – FR – [Rant] From the Ubisoft case to the Michel Ancel case : like a certain lack of ethics ...

Building on its expertise in the areas of digital, technologies and processes , CSS Engineering you in your most ambitious transformation projects and helps you bring out new ideas, new offers, new modes of collaboration, new ways of producing and selling.

CSS Engineering is involved in projects each customer as if it were his own. We believe a consulting company should be more than an advisor. We put ourselves in the place of our customers, to align we incentives to their goals, and collaborate to unlock the full potential their business. This establishes deep relationships and enjoyable.

Our services:

  1. Create professional websites
  2. Hosting high performance and unlimited
  3. Sale and video surveillance cameras installation
  4. Sale and Installation of security system and alarm
  5. E-Marketing

All our achievements here https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here