L’Inde a intensifié ses mesures de rétorsions économiques à l’encontre de la Chine après un regain de tensions, last weekend, dans l’Himalaya, along the disputed border between the two Asian giants.

Les représailles économiques ne se sont pas fait attendre. Le gouvernement indien a annoncé, mercredi en fin de journée, l’interdiction de 118 applications chinoises. Among them, le très populaire jeu PUBG dont la version mobile a été développée par Tencent et qui compte des millions d’utilisateurs en Inde. Le ministère des Technologies et de l’information a jugé que ces applications étaient « engagées dans des activités préjudiciables à la souveraineté et l’intégrité de l’Inde, la défense de l’Inde, la sécurité de l’Etat et l’ordre public ».

Cette décision intervient alors que les tensions frontalières entre les deux puissances nucléaires ont connu un regain durant le week-end : l’Inde et la Chine s’accusant mutuellement d’avoir franchi la ligne de contrôle, cette frontière de facto dont le tracé n’est pas démarqué et qui demeure disputée par les deux voisins.

Les tensions ne sont pas dissipées lundi sur la rive sud du Lac Pangong Tso. « Au moment même où les commandants au sol des deux parties étaient en pourparlers afin de désamorcer la situation, les troupes chinoises se sont à nouveau livrées à des provocations », affirmait mardi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères indien, Anurag Srivastava. On his side, la Chine a nié ces accusations.

Au mois de juin, les armées des deux pays s’étaient violemment affrontées sur le toit du monde. Vingt soldats indiens avaient péri dans cette bataille sanglante : du jamais vu en 45 years. La Chine n’avait pour sa part communiqué aucun bilan officiel. A l’époque déjà, New Delhi avait réagi en interdisant des dizaines d’applications chinoises, dont la plateforme de partage de vidéos Tik Tok, extrêmement célèbre auprès de la jeunesse indienne. Une poussée de nationalisme économique s’était emparée de la population indienne appelant au boycott des produits « made in China ».

« L’escalade entre l’Inde et la Chine est militaire, diplomatique et économique, aucune piste de réconciliation ne semble se dessiner », juge Harsh Pant, analyste à l’Observer Research Foundation à New Delhi. Cette situation devrait pousser « New Delhi à accélérer son rapprochement avec d’autres pays, comme les Etats-Unis, l’Australie, le Japon ou en encore la France ». La perspective d’une solution bilatérale s’éloignant chaque jour davantage, selon le chercheur.

Every day, writing Les Echos meets your need for reliable information and helps you make the best decisions.

Maintain a global view of the situation, in France and worldwide. Decipher the consequences of the crisis on the economy, companies and markets. Light up your thinking with points of view, ideas and contributions from all walks of life.

Source: https://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/apres-un-regain-de-tensions-militaires-linde-interdit-118-applications-internet-chinoises-1238817

World news – FR – After renewed military tensions, India banned 118 chinese internet applications

Building on its expertise in the areas of digital, technologies and processes , CSS Engineering you in your most ambitious transformation projects and helps you bring out new ideas, new offers, new modes of collaboration, new ways of producing and selling.

CSS Engineering is involved in projects each customer as if it were his own. We believe a consulting company should be more than an advisor. We put ourselves in the place of our customers, to align we incentives to their goals, and collaborate to unlock the full potential their business. This establishes deep relationships and enjoyable.

Our services:

  1. Create professional websites
  2. Hosting high performance and unlimited
  3. Sale and video surveillance cameras installation
  4. Sale and Installation of security system and alarm
  5. E-Marketing

All our achievements here https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here