L’Observatoire d’Arecibo est né au milieu du XXe siècle d’une confluence de forces terrestres et célestes: William E Gordon, le scientifique qui a conçu le radiotélescope massif, voulait étudier la haute atmosphère de la Terre

L’agence de défense fédérale américaine qui a financé sa construction aspirait à dominer la course technologique contre l’Union soviétique

Et ainsi, entre 1960 et 1963, à une époque pleine d’idée d’exploration spatiale et de tensions de la guerre froide, un radiotélescope d’une puissance et d’une taille jamais vues auparavant a été construit à Arecibo, une ville côtière du nord de Porto Rico.

Air Company, une start-up basée à New York qui transforme le dioxyde de carbone en produits renouvelables, a publié des images conceptuelles montrant à quoi pourrait ressembler une station de ravitaillement pour les fusées sur Mars

L’emplacement signifiait que moins de fouilles étaient nécessaires Sa proximité de l’équateur – Porto Rico est un peu moins de 2000 kilomètres au nord de la latitude 0 – offrait un champ clair des planètes au-dessus Au fil des années, les capacités du radiotélescope ont été étendues pour permettre une exploration plus approfondie du cosmos

Et tout au long de sa vie, le radiotélescope a été un outil pour de nombreuses réalisations majeures: du choix d’un lieu d’atterrissage pour la mission Apollo 11 à la découverte des premières planètes en dehors de notre système solaire

Le bassin naturel entourait la plaque réflecteur blanc grisâtre du télescope de 300 mètres de diamètre Au-dessus de la parabole fixe, trois tours suspendaient un 816Plateforme rotative de 5 tonnes Il abritait des récepteurs, des émetteurs et d’autres équipements dans un dôme suspendu comme une demi-balle de golf en l’air

Le bol en aluminium massif captait les ondes radio et les concentrait sur la plateforme; son matériel a traduit les «sons» de l’univers en données et informations pour les scientifiques qui étudient les mystères de l’univers

Le radiotélescope avait survécu aux ouragans et aux tremblements de terre Mais la National Science Foundation des États-Unis, propriétaire de l’observatoire depuis les années 1970, a annoncé brusquement à la mi-novembre qu’elle démolirait le télescope.

L’instrument était devenu instable ces derniers mois car les câbles et les fils étaient tombés en panne et cassés L’agence fédérale avait jugé les réparations risquées pour les gens et qu’il n’y avait aucun moyen d’assurer la solidité de la structure à long terme Suite à l’annonce, un cri de ralliement pour maintenir l’institution bien-aimée Arecibo a explosé sur l’île et dans le monde

Mais avant que des machines puissent abattre le télescope, la plate-forme et le dôme ont plongé dans la parabole réfléchissante au petit matin du 1er décembre. Les ménages de Porto Rico se sont réveillés avec des présentateurs de nouvelles sombres et larmoyants qui ont confirmé ce qui avait été traité comme une tragédie nationale

Le gouffre, autrefois berceau de révélations cosmiques, est devenu un cimetière de métal et de ciment Un nuage de poussière brune s’est élevé parmi les mogotes verdoyants lors de son crash, visible depuis les maisons voisines Un ancien scientifique de l’observatoire qui vit à proximité a déclaré que cela ressemblait à une «avalanche» ou à un «train”

Au cours de ses 57 années de fonctionnement, l’Observatoire d’Arecibo a été un point de fierté et un tremplin d’opportunités professionnelles pour les Portoricains, ainsi qu’une icône mondiale de la culture et de la réussite

Le télescope était si connu qu’il a été présenté dans plusieurs films, comme le film de James Bond GoldenEye de 1995 et le film de science-fiction de 1997 Contact Son effondrement soudain a laissé l’instrument irrémédiablement endommagé et sa destruction a eu des conséquences importantes

Pour les scientifiques et les étudiants portoricains, c’est la perte d’une institution qui dispensait une éducation de classe mondiale et travaillait dans un endroit où les opportunités en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques étaient insuffisantes L’observatoire a également façonné certains des esprits les plus brillants à la maison tout en attirant d’autres du monde entier, de l’Inde, du Brésil, du Canada et plus encore, à l’île.

Pour la science, l’effondrement se traduit par une perte de connaissances: le télescope vieillissant a produit des données inestimables 24 heures sur 24 pour les scientifiques de toutes disciplines et pays Chaque moment où l’instrument ne peut pas être utilisé est une opportunité perdue, peut-être pour toujours

L’univers fonctionne selon une chronologie différente de celle des humains Les fenêtres d’étude peuvent être aussi étroites qu’une fois dans une vie ou plusieurs vies

«C’est comme si vous aviez un joueur de baseball et que vous lui enlevez le gant, le ballon et la batte», a déclaré Luisa Zambrano, planétologue qui travaille à Arecibo depuis sept ans

Quant à l’humanité, la disparition du télescope pourrait constituer une menace existentielle L’Observatoire d’Arecibo était un outil de premier ordre pour la défense planétaire

L’instrument a étudié les caractéristiques et les comportements d’astéroïdes géocroiseurs tels que le monstrueux Apophis, large de plus de 330 mètres La disparition de l’instrument n’a pas laissé les scientifiques voler à l’aveuglette, mais cela a donné une myopie aux astéroïdes terrestres

«Nous allons réduire considérablement notre capacité à assurer la sécurité de la planète en termes d’éventuels astéroïdes qui viennent à proximité», a déclaré Zambrano

Les scientifiques, les défenseurs du progrès humain et les amoureux d’Arecibo sont en deuil Mais les cris de ceux qui ont demandé à la NSF de revenir sur sa décision de démolir le radiotélescope, avant que l’instrument ne fasse le travail lui-même, ne se sont tus après son effondrement.

Au lieu de cela, ils se sont enflammés dans un chœur de voix exigeant que l’observatoire soit reconstruit et que le nouveau ait des capacités identiques ou supérieures Partout dans le monde, ceux dont la vie a été touchée par l’observatoire s’organisent, afin que les mogotes puissent un jour abriter un télescope qui honore le premier

Zambrano est l’une des nombreuses personnes – scientifiques et membres du grand public – qui militent pour un nouvel instrument

«C’était difficile de traverser le processus de deuil, mais comme dans chaque deuil, il faut récupérer», a-t-elle déclaré «L’héritage de l’observatoire est si vaste que la seule option possible est de reconstruire”

Pendant près de six décennies, l’Observatoire a contribué à certaines des découvertes les plus importantes dans une variété de disciplines scientifiques

«Ce qui différencie le télescope et l’installation scientifique des autres, c’est l’ampleur des recherches qu’il mène», a déclaré le Dr Robert Kerr, astronome et scientifique atmosphérique qui a été directeur de l’observatoire

“Il a apporté des contributions de qualité Nobel à l’astronomie [radar et radio], à la science atmosphérique, à la science planétaire”

Parmi les premières découvertes d’Arecibo, il a été déterminé que la rotation de Mercure était de 59 jours, un mois plus court qu’on ne le pensait

Le radiotélescope a reçu et envoyé des ondes radio, ce qui le rend unique parmi ses pairs en fonctionnement Il a été utilisé pour diffuser le «Message Arecibo» en novembre 1974, un faisceau interstellaire délibéré dirigé vers un amas d’étoiles globulaires éloigné de 25 000 années-lumière.

S’il est correctement décodé, il rendit entre autres les nombres 1 à 10, des images de l’observatoire d’Arecibo, une carte de la Terre et du système solaire et une figurine humaine.

Cette «première utilisation du nouvel émetteur radar» faisait partie d’une cérémonie célébrant les améliorations majeures apportées au radiotélescope, selon un article de 1975 rédigé par le personnel d’Arecibo

Le personnel pensait qu’une réponse extraterrestre était peu probable, mais c’était autant un message aux extraterrestres qu’un témoignage des capacités de l’instrument L’observatoire est finalement devenu une source constante d’informations pour les groupes, organisations et universitaires impliqués dans la recherche de la vie au-delà de notre planète.

En 1974, les physiciens Russell Hulse et Joseph Taylor, qui ont plus tard remporté le prix Nobel de physique, ont découvert le premier pulsar binaire, un duo d’étoiles à neutrons, des étoiles massives qui ont explosé et émettent de grandes quantités de rayonnement électromagnétique C’est une découverte qui a vérifié les prédictions de la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein

En 1981, le radiotélescope a généré les premières cartes radar de la surface de Vénus, ce qui était auparavant difficile à réaliser en raison des épais nuages ​​vénusiens qui recouvrent la planète

En janvier 1992, les astronomes Aleksander Wolszczsan et Dale Frail ont publié qu’ils avaient trouvé les premières exoplanètes en dehors de notre système solaire, tournant autour d’un pulsar Ce serait une année mémorable pour l’Observatoire à plus d’un titre: c’est alors qu’Arecibo a détecté des dépôts de glace sur les régions polaires de Mercure. Vingt ans plus tard, le vaisseau spatial Messenger de la NASA a confirmé l’eau gelée dans les cratères sombres et glaciaux des pôles de Mercure

«Chaque nuit et chaque jour, les gens découvraient des choses», se dit Kerr «C’était un lieu de travail très excitant”

Kerr n’a pas seulement passé ses heures de travail à l’observatoire: au cours de ses deux séjours en tant que directeur, l’un entre 2007 et 2008 et l’autre de 2011 à 2015, il y a vécu cumulativement pendant cinq ans, un Merlin des temps modernes dans sa tour

«En descendant, vous ne saviez jamais ce que les gens avaient trouvé la nuit précédente», a déclaré Kerr

L’ancien directeur du programme a décrit avec admiration les découvertes et les découvertes du télescope Mais plus que tout, Kerr a souligné la merveilleuse collégialité et la communauté qu’Arecibo a encouragées

Les astéroïdes étaient des sujets de fascination pour certains scientifiques, tandis que d’autres exploraient la possibilité de vivre sur des planètes lointaines Certains chercheurs ont passé leur carrière à la recherche d’exoplanètes, tandis que d’autres ont utilisé l’espace comme un laboratoire cosmique pour tester les lois gravitationnelles.

Mais de la première main qui a manoeuvré le radiotélescope dans les années 1960 à la dernière personne qui a exploré le ciel en août, lorsque les opérations ont été suspendues, un lien indestructible s’est formé entre ceux qui ont fouillé l’espace depuis Arecibo

Plus de 350 personnes utilisent l’observatoire chaque année Les scientifiques invités transmettraient leurs connaissances lors de conférences et d’ateliers dans les locaux Kerr a décrit des repas avec des universitaires du monde entier, qui ont partagé leurs découvertes et leurs expériences

Son souvenir préféré a été son déjeuner d’adieu lorsqu’il a quitté la direction pour la première fois Il possède toujours les magnifiques gravures d’un peintre local que le personnel de l’observatoire lui a données

L’Observatoire Arecibo est situé dans le Barrio Esperanza, un quartier nommé d’après le mot espagnol pour espérer Maintes et maintes fois, c’est ce qu’il a offert aux Portoricains

L’île a connu des troubles politiques, une instabilité économique, des migrations massives et des catastrophes dévastatrices ces dernières années En 2020, avant même que la pandémie de coronavirus ne balaye le monde, des milliers de tremblements de terre ont secoué Porto Rico Ils continuent alors que la pandémie mortelle fait rage

Mais à travers tout cela, le désespoir, la mort et la décomposition, l’Observatoire d’Arecibo a incarné la recherche de ce qui était au-delà de l’œil visible, au-delà de la possibilité actuelle Que le télescope ait témoigné du cosmos de l’île, isolée par sa géographie naturelle, était un paradoxe

Ce petit archipel des Caraïbes reliait toute l’humanité à l’univers au-dessus Pour de nombreux Portoricains, c’était une vérité sur laquelle ils pouvaient compter, quelle que soit la prochaine tragédie

Après l’ouragan Maria en 2017, le radiotélescope a subi des dommages Pourtant, il se tenait haut et fier, et l’observatoire faisait office de centre de secours Il a fourni de l’eau et de l’électricité aux zones voisines Certains membres du personnel sont restés sur place après la tempête et l’Agence fédérale de gestion des urgences a utilisé l’héliport de l’installation pour livrer les fournitures essentielles.

L’observatoire a été une source de travail et d’éducation Il emploie plus de 100 professionnels et attire près de 100 000 visiteurs par an dans le centre-nord de Porto Rico. De nombreux visiteurs sont de jeunes enfants et adolescents inscrits dans les écoles de l’île Une excursion dans l’établissement, que ce soit avec des enseignants ou en famille, est une tradition de l’enfance

Pour certains, comme Tamara González Acevedo, qui a rendu visite pour la première fois enfant avec des parents et des proches, l’observatoire les a persuadés de devenir scientifiques

“Je pense que c’est là que j’ai appris le mot astronome, car au moins depuis que je suis en sixième, j’ai dit que je voulais être astronome”, a déclaré González, 24 ans.

«L’observatoire m’a donné du vocabulaire, cette connaissance de ce qu’est la science, de ce qu’est l’astronomie, de ce qu’est l’espace”

De nombreuses initiatives de l’observatoire visent à créer des opportunités éducatives et à impliquer le public Les étudiants ont même eu la chance d’utiliser le radiotélescope eux-mêmes Ce type d’accès éducatif à des outils et des ressources de calibre mondial est inhabituel et fait partie de la culture institutionnelleb

En 2013 et 2014, González était membre de l’Académie spatiale de l’observatoire d’Arecibo, un programme permettant aux étudiants du pré-universitaire de se connecter avec des scientifiques et d’apprendre à rechercher En tant qu’étudiante de première génération de la ville de montagne de Lares, «obtenir ce genre d’opportunités était un défi», a-t-elle déclaré.

Aujourd’hui, elle étudie la physique à l’Université de Porto Rico et aspire à obtenir un doctorat dans le domaine Elle espérait travailler à plein temps à l’observatoire un jour Les membres de la famille l’ont contactée en signe de solidarité avec la perte

«Ils ne savent peut-être pas grand-chose, peut-être sur la science derrière l’observatoire et toutes les choses fascinantes qui y sont faites Mais ils sont très tristes », dit-elle «Je pense que pour eux, c’était un symbole culturel C’est devenu quelque chose qui fait partie des Portoricains”

Pour de nombreux étudiants, la chute du télescope les a obligés à repenser leurs projets futurs et à envisager des opportunités en dehors de l’île Mais pour les enfants qui ne sont jamais allés à leur première visite, perdre l’instrument est une perte de ce qui pourrait être, de l’étincelle qui enflamme leur voyage dans la science

La NSF a déclaré au Miami Herald qu’elle prévoyait de maintenir l’observatoire d’Arecibo ouvert, ainsi que certaines installations et instruments en service Pourtant, l’agence fédérale ne sait pas si elle reconstruira le radiotélescope

«Le processus de financement des télescopes et autres infrastructures à grande échelle de la NSF est une procédure établie qui implique des crédits du Congrès, un travail avec les parties prenantes et une évaluation des besoins de la communauté scientifique», indique le communiqué de la NSF.

Les estimations du coût du remplacement du radiotélescope varient Dr Kerr a placé le nombre à environ 200 millions de dollars singapouriens, estimant que ce serait moins coûteux qu’une «mission à moyenne échelle à la NASA»Mais d’autres scientifiques ont estimé que ce chiffre avoisinait 400 millions de dollars

Les membres du public et la communauté scientifique ont soulevé des questions sur la façon dont la NSF a géré les décisions au cours des derniers mois du télescope

Lors d’une conférence de presse le 3 décembre, le directeur de la division d’astronomie de la NSF, Ralph Gaume, a déclaré que l’Université de Floride centrale, qui gère l’observatoire, disposait de «tous les fonds nécessaires» pour s’engager dans des efforts de réparation et de stabilisation après le premier rupture de câble auxiliaire en août

“Les remplacements du câble auxiliaire tombé en août devaient être livrés”, a déclaré Gaume «Et lorsque le câble principal s’est rompu le 6 novembre, NSF a autorisé la livraison accélérée de câbles temporaires”

Mais le directeur actuel de l’observatoire, Francisco Córdova, a déclaré à l’Associated Press qu’il pensait qu’il y avait d’autres options, «comme soulager la tension dans certains câbles ou utiliser des hélicoptères pour aider à redistribuer le poids.”D’autres membres de la communauté scientifique de Porto Rico ont convenu

La NSF a déclaré qu’il n’était pas possible de travailler à une autre vitesse ou de prendre une autre ligne de conduite

“Il n’y avait aucun moyen d’effectuer toutes les actions nécessaires requises pour une réparation complète en toute sécurité Des options telles que le soulagement de la tension des câbles ont été activement recherchées, mais comprenaient des activités à haut risque qui devaient être soigneusement planifiées », a déclaré l’agence fédérale au Herald.

Indépendamment de la raison ou du caractère inévitable de l’effondrement, le personnel de l’observatoire et la communauté scientifique de l’île s’accordent largement à dire qu’un nouveau radiotélescope doit voir le jour Les coalitions de scientifiques et du grand public se mobilisent rapidement pour agir et sensibiliser à l’importance d’Arecibo

En quelques jours, les employés de l’observatoire ont rencontré la gouverneure Wanda Vázquez pour discuter des prochaines étapes Des dizaines d’utilisateurs de l’observatoire, d’aujourd’hui et du passé, se sont réunis pour des «veillées» autour de Zoom pour à la fois se remémorer le radiotélescope et discuter des actions possibles pour sensibiliser le public CienciaPR, une organisation de scientifiques portoricains comptant plus de 13000 membres, a également mobilisé

“C’est un effort qui demandera beaucoup d’argent et de temps”, a déclaré Mónica Feliú-Mójer, responsable de la communication pour CienciaPR «Il doit y avoir un effort soutenu de plaidoyer et de pression publique»Le scientifique portoricain a dit que c’était comme un« poignard au cœur »de« voir cette icône tomber”

González est l’un des leaders de l’initiative Save the Arecibo Observatory, un mouvement dirigé par des étudiants de plus de 160 personnes provenant d’écoles portoricaines et du continent. Le collectif a lancé une pétition pour obtenir les fonds nécessaires du Congrès pour construire un nouveau radiotélescope

La réponse extrêmement favorable a laissé les employés de l’Observatoire Arecibo et les personnes affiliées à l’institution optimistes Ils pensent également qu’une fois de plus, comme dans les années 1960, des facteurs géopolitiques – comme la concurrence entre les États-Unis et la Chine – pourraient être des motivations possibles pour que le gouvernement fédéral finance un nouveau radiotélescope.

Jusqu’en 2016, Arecibo était le plus grand télescope à ouverture pleine du monde, jusqu’à ce que le FAST de la Chine le détrône La même semaine que l’effondrement, des reportages ont révélé que la Chine était devenue le deuxième pays à planter son drapeau sur la lune

Le professeur Abel Méndez, directeur du laboratoire d’habitabilité planétaire, a déclaré au Herald que pas moins de 100 scientifiques à travers le monde rédigent un livre blanc pour proposer un «Arecibo 2Télescope radio de 0 po et ce qu’il pourrait faire pour faire avancer la science

“Toutes ces installations ne sont pas nées de rien Ils sont nés avec un livre blanc présentant les raisons pour lesquelles nous avons besoin de cet instrument », a déclaré Méndez

Pendant plus de 50 ans, le radiotélescope a été une oreille et une bouche puissantes pour la Terre dans l’espace, envoyant et recevant des ondes radio, qui sont devenues des données, qui sont devenues des connaissances scientifiques, qui ont expliqué l’univers dans lequel nous vivons de manière inestimable.

Aujourd’hui, le radiotélescope est en morceaux, assourdi et silencieux, au fond de son gouffre.

Mais il y a des milliers de personnes à travers le monde – comme Méndez, González, Kerr, Feliú-Mójer et Zambrano – qui se prononcent pour le radiotélescope et pour son successeur

“C’est maintenant à notre tour d’être la voix du radiotélescope, afin que nous puissions l’avoir à nouveau”, a déclaré Méndez

Alors un jour, Arecibo peut à nouveau entendre l’univers, et l’univers peut à son tour écouter quand Arecibo parle

Les États-Unis et le Pakistan ont créé un ESTWG lors de la réunion du Pakistan et des États-Unis pour établir un corridor de connaissances américano-pakistanais Dans

Radiotélescope, observatoire d’Arecibo, télescope, astronomie, télescope sphérique à ouverture de cinq cents mètres

Actualités – FR – Un radiotélescope endommagé laisse un héritage astronomique en science

Source: https://www.technologytimes.pk/2020/12/16/damaged-radio-telescope-leaves-an-astronomical-legacy-in-science-and-culture/

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/