Nous utilisons les témoins de navigation (cookies) afin d’opérer et d’améliorer nos services ainsi qu’à des fins publicitaires.
Le respect de votre vie privée est important pour nous. Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’utilisation de ces informations,
veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite.Gérer vos témoins de navigationEn savoir plus

Le ver informatique « Love Bug » avait infecté plus de 45 millions d’ordinateurs en 2000.

L’homme derrière le premier virus informatique à s’être propagé à grande échelle a finalement admis sa culpabilité, 20 ans après que son logiciel malveillant eut infecté des millions d’ordinateurs partout dans le monde.

Pendant deux décennies, l’identité de la personne derrière cette attaque est demeurée inconnue. Le travail de longue haleine du journaliste spécialisé en technologie Geoff White a finalement mené ce dernier à retrouver le coupable : Onel de Guzman, un homme originaire des Philippines, qui était à l’époque étudiant en informatique.

Connu sous les noms d’I Love You (je t’aime), Loveletter ou encore Love Bug, le ver informatique conçu par de Guzman est apparu pour la première fois le 4 mai 2000. 

Les victimes recevaient un courriel avec une pièce jointe intitulée LOVE-LETTER-FOR-YOU, qui contenait en fait un code malicieux capable d’écraser des fichiers, de voler des mots de passe et d’envoyer des copies de lui-même automatiquement à tous les contacts se trouvant dans le carnet d’adresses Microsoft Outlook de la victime. 

En quelques heures, le virus s’était propagé dans le monde entier, infectant quelque 45 millions de machines au passage, soit environ 10 % de tous les ordinateurs connectés à Internet sur la planète à cette époque.

Les ravages causés par l’attaque informatique ont été estimés à des milliards de dollars, selon ce que rapporte la BBC.

Un virus similaire du nom de Melissa avait déjà réussi à infecter environ un million d’ordinateurs en 1999, mais jamais un maliciel n’avait fait autant de victimes que le Love Bug.

Onel de Guzman a expliqué à la BBC qu’il avait créé le ver informatique afin de voler des mots de passe et d’accéder ainsi à Internet sans débourser d’argent. À l’époque, la connexion à Internet se faisait par le biais du réseau téléphonique commuté et nécessitait de tels mots de passe.

Maintenant âgé de 44 ans, de Guzman assure qu’il n’a jamais eu l’intention que son ver informatique se répande mondialement.

Je ne m’attendais pas à ce qu’il se retrouve aux États-Unis et en Europe. J’étais surpris, a-t-il affirmé dans une entrevue pour Crime Dot Com, un ouvrage à venir portant sur la cybercriminalité. 

Initialement, il avait envoyé le virus uniquement à des victimes habitant aux Philippines, qu’il contactait par l’entremise d’espaces de clavardage. Puis, au printemps 2000, il a modifié son code informatique de façon à profiter d’une lacune du système d’exploitation Microsoft Windows 95, permettant ainsi au virus de se reproduire automatiquement au moyen d’Outlook.

À l’époque, les Philippines n’avaient pas encore de loi couvrant le piratage informatique. Même si les autorités soupçonnaient de Guzman, aucune poursuite n’avait été engagée.

Parfois, je vois une photo de moi passer sur Internet, a-t-il affirmé au journaliste Geoff White. Mes amis me disent : « C’est toi! » Je suis une personne timide; je ne souhaite pas cela.

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

ImportantAfin de favoriser des discussions riches, respectueuses et constructives, chaque commentaire soumis sur les tribunes de Radio-Canada.ca sera dorénavant signé des nom(s) et prénom(s) de son auteur (à l’exception de la zone Jeunesse). Le nom d’utilisateur (pseudonyme) ne sera plus affiché.

En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio-Canada a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit.

Pourriels, hameçonnage et logiciels malveillants : la crise sanitaire de la Covid-19 est perçue comme une opportunité par des groupes de …

Un répertoire des noms, adresses courriel, dates de naissance et numéros de téléphone de 267 millions d’utilisateurs et utilisatrices de …

Des connexions et des achats non autorisés ont été faits sur des comptes Nintendo, ces dernières semaines.

Des escrocs tentent de voler les courriels et les mots de passe des utilisateurs et utilisatrices de Zoom et de WebEx en envoyant des courriels …

L’application de rencontres en ligne Tinder lancera plus tard cette année un service de messagerie vidéo, a annoncé sa société mère Match …

Le Montréalais Yoshua Bengio, spécialiste de renommée internationale en intelligence artificielle et pionnier de l’apprentissage profond, a été …

Source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1699712/virus-informatique-ver-love-bug-pirate-attaque-2000

World news РFR Р20 ans plus tard, le cr̩ateur du virus informatique I Love You admet ses torts

En s’appuyant sur ses expertises dans les domaines du digital, des technologies et des process , CSS Engineering vous accompagne dans vos chantiers de transformation les plus ambitieux et vous aide à faire émerger de nouvelles idées, de nouvelles offres, de nouveaux modes de collaboration, de nouvelles manières de produire et de vendre.

CSS Engineering s’implique dans les projets de chaque client comme si c’était les siens. Nous croyons qu’une société de conseil devrait être plus que d’un conseiller. Nous nous mettons à la place de nos clients, pour aligner nos incitations à leurs objectifs, et collaborer pour débloquer le plein potentiel de leur entreprise. Cela établit des relations profondes et agréables.

Nos services:

  1. Création des sites web professionnels
  2. Hébergement web haute performance et illimité
  3. Vente et installation des caméras de vidéo surveillance
  4. Vente et installation des système de sécurité et d’alarme
  5. E-Marketing

Toutes nos réalisations ici https://www.css-engineering.com/en/works/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here